Statu quo pour la BCE, qui observe toujours une "reprise modérée de l'économie"

  • A
  • A
Statu quo pour la BCE, qui observe toujours une "reprise modérée de l'économie"
Partagez sur :

La Banque centrale européenne a maintenu inchangés jeudi ses taux directeurs, à l'issue du comité de politique monétaire de mars...

La Banque centrale européenne a maintenu inchangés jeudi ses taux directeurs, à l'issue du comité de politique monétaire de mars. La banque centrale a décidé de laisser le taux de refinancement à 0,25%, tandis que le taux d'intérêt de la facilité de prêt marginal est confirmé à 0,75%. Le taux d'intérêt de la facilité de dépôt est toujours à 0%. 74% des 54 économistes interrogés par Bloomberg, soit 40 d'entre eux, misaient sur un statu quo. Sur les 14 autres, 6 pensaient que la banque centrale allait ramener son principal taux directeur à 0,15%, et 8 qu'elle opterait pour 0,10%. Le gouverneur Mario Draghi a démarré à 14h30 la conférence de présentation de la décision. Son intervention était assez attendue car les dernières enquêtes économiques sont plutôt positives pour la zone euro, hormis en France, et que l'inflation est ressortie très légèrement plus solide que prévu dernièrement. Deux éléments qui pourraient changer la donne pour la politique monétaire, s'ils se confirmaient. "Reprise modérée de l'économie" La décision de statu quo sur les taux repose sur les informations disponibles, qui ont conforté la BCE dans son évaluation précédente, "à savoir qu'une reprise modérée de l'économie de la zone euro se poursuit". "Dans le même temps, les dernières projections des services de la BCE confirment qu'il faut s'attendre comme prévu à une période prolongée d'inflation faible suivie d'une tendance progressive à la hausse de l'IPC harmonisé se rapprochant de 2%", a expliqué Mario Draghi, qui a ajouté, selon la formulée consacrée, que les anticipations inflationnistes pour la zone euro continuent d'être "fermement ancrées" de manière globalement conforme à l'objectif d'inflation proche mais inférieur à 2%. Le gouverneur a aussi confirmé l'engagement de la banque centrale de "maintenir une politique monétaire accommodante aussi longtemps que ceci sera nécessaire" pour le moyen terme, et réitéré "avec fermeté" l'orientation prospective de l'institution en faveur de taux qui "resteront au niveau actuel ou à des niveaux inférieurs sur une période de temps prolongée". La BCE continue en parallèle à suivre de près l'évolution des marchés monétaires et se tient prête "à prendre en considération tous les instruments à sa disposition" et à "prendre d'autres mesures résolues le cas échéant" en parallèle au maintien des taux bas. Côté perspectives économiques, Mario Draghi indique que la croissance modérée devrait se poursuivre en ce début d'année. La croissance du PIB devrait atteindre 1,2% cette année, puis 1,5% en 2015 et 1,8% en 2016. Quant à l'inflation, elle s'établirait à 1% en 2014, puis accélérerait à 1,3% en 2015 et à 1,5% en 2016 (dont 1,7% pour la fin d'année).