SNCM : le gouvernement préfère "dire la vérité" aux salariés

  • A
  • A
SNCM : le gouvernement préfère "dire la vérité" aux salariés
Partagez sur :

"Dire la vérité, ce n'est pas tromper les milliers de personnes qui travaillent à la SNCM, sur la situation de la SNCM", a réagi lundi le ministre des Transports Frédéric Cuviliece

"Menteur, liquidateur"... Le ministre des Transports Frédéric Cuvilier n'est pas épargné par les syndicats de la SNCM, alors que le gouvernement a estimé ce weekend qu'un redressement judiciaire était désormais presque inévitable pour la société, qui est désormais en grève depuis 14 jours. "Je crois qu'aucune invective ne peut faire disparaître la réalité, qu'elle soit économique, juridique ou humaine de cette société. Et dire la vérité, ce n'est pas tromper les milliers de personnes qui travaillent à la SNCM, sur la situation de la SNCM", a réagi lundi l'intéressé au micro de France Inter. "Une société endettée" "C'est une société qui perd de l'argent, une société qui est endettée, qui est sous le coup de condamnations très lourdes de la part de la Commission européenne", a rappelé Frédéric Cuvilier. La situation de la SNCM est notamment grevée par la décision de Bruxelles de réclamer le remboursement de 440 millions d'euros d'aides d'Etat jugées illégales. "Le renouvellement de la flotte est indispensable, je le confirme et je le réaffirme, simplement comment voulez vous payer des bateaux et faire payer à une société qui n'en a pas le moyens ces bateaux ?", a demandé le secrétaire d'�?tat sur France Inter. Le gouvernement propose désormais de mettre en place le portage par une société d'investissement pour assurer le financement. Troisième grève Manuel Valls a invité dimanche les salariés de la Société nationale Corse-Méditerranée (SNCM) à s'asseoir à la table de négociation et averti que chaque jour de conflit supplémentaire accroissait le risque de faillite de la compagnie maritime. Un délégué interministériel, Louis Gallois, est chargé d'établir un plan stratégique de soutien aux compagnies de transport maritime françaises et le vice-président du Conseil d'orientation de l'emploi, Gilles Belier, a été nommé médiateur pour la SNCM. La compagnie maritime connaît sa troisième grève depuis le début de l'année après celles de janvier et de mars, qui ont respectivement duré huit et six jours.