Siemens abandonne le nucléaire et parie sur les énergies vertes !

  • A
  • A
Siemens abandonne le nucléaire et parie sur les énergies vertes !
Partagez sur :

Le groupe veut désormais consacrer tous ses investissements aux énergies renouvelables (éolien, solaire, turbines à gaz...)

"Atomkraft ? Nein Danke"... Le groupe Siemens peut désormais reprendre à son compte ce slogan écologiste des années 1970 ! Le géant industriel allemand, l'un des principaux acteurs mondiaux de la filière nucléaire, a annoncé ce week-end son retrait total de la construction de centrales nucléaires. Dans la foule, l'alliance nouée il y a deux ans avec le groupe russe Rosatom pour construire des réacteurs sera débouclée... "Nous ne nous impliquerons plus dans la gestion totale de la construction de centrales nucléaires ou dans leur financement. Ce chapitre est clos pour nous", a ainsi déclaré Peter Löscher, le PDG du groupe. Conséquence de la catastrophe de Fukushima, qui a poussé le gouvernement allemand à abandonner le nucléaire en début d'année, Siemens affirme qu'il va désormais consacrer tous ses investissements aux énergies renouvelables (éolien, solaire, turbines à gaz...), dans lesquelles il est déjà fortement engagé depuis 2007, depuis l'arrivée de M. Löscher à sa tête. Sur le marché mondial du nucléaire, le retrait de Siemens devrait en tout cas faire des heureux parmi ses concurrents ayant confirmé leur engagement dans le secteur. A commencer par le français Areva, ancien partenaire de Siemens, avec lequel il construit le premier réacteur de type EPR en Finlande. En 2009, Siemens, échaudé par les blocages politiques en France à ses projets de renforcement de l'alliance avec Areva, avait annoncé son intention de rompre... Le divorce s'est concrétisé cette année avec le rachat par Areva de la part de 34% de Siemens dans leur filiale commune, Areva NP, issue de la fusion en 2001 de Framatome avec les activités réacteurs nucléaires de Siemens.