SFR veut muscler son offre low-cost dans les prochains mois

  • A
  • A
SFR veut muscler son offre low-cost dans les prochains mois
Partagez sur :

L'opérateur a perdu au total 620.000 clients dans le mobile, soit environ 3% de son parc depuis l'arrivée de Free mobile...

Comme prévu, SFR a souffert au 1er trimestre de l'arrivée de Free mobile sur le marché français... L'opérateur a perdu au total 620.000 clients dans le mobile, soit environ 3% de son parc de 20,8 millions de clients. Vivendi, sa maison mère, a fait état lors de la publication de ses comptes d'une baisse de 7% de ses revenus sur la période dans les services mobiles. "Nous pensons que Free commence à s'essouffler", a tempéré le directeur financier de Vivendi, Philippe Capron, lors d'une conférence téléphonique. Selon lui, le rythme des départs était en voie de stabilisation. Ce qui n'empêche pas le groupe de miser davantage sur le low-cost, pour mieux concurrencer dans les mois qui viennent les tarifs très agressifs de Free mobile. Frank Cadoret, le directeur général grand public et professionnels de l'opérateur, a ainsi confié à Reuters vouloir être "très présent sur ce marché du low cost. Nous allons prendre des initiatives tant en terme de distribution qu'en terme de marque", a-t-il expliqué dans la foulée de la publication de ces résultats. "Aujourd'hui, le poids du low-cost c'est 16% du marché mais nous pensons que cela va monter. Je suis certain que cela ira à 30%", selon lui. Face à la remise à plat des tarifs imposée par le quatrième opérateur, SFR veut donc commencer par modifier l'offre de sa gamme Red qui compte aujourd'hui 200.000 abonnés. L'offre de milieu de gamme à 19,90 euros par mois, qui inclut actuellement les appels, les textos et les MMS illimités, inclura l'accès à internet, se rapprochant ainsi de l'offre tout illimité de Free mobile à 19,99 euros par mois, a indiqué Frank Cadoret. Le changement de tarif était prévu pour la semaine prochaine. Le deuxième opérateur français veut aussi proposer des promotions dans les mois à venir, avant de lancer une nouvelle gamme tarifaire à la rentrée accompagnée d'une mise à jour de l'interface utilisée sur les "box" de ses clients. "Je dois reconnaître qu'on s'est un peu endormis", a admis Franck Cadoret, à propos des offres lancées par ses concurrents depuis l'arrivée annoncée de Free mobile...