SFR : Numericable s'engage sur l'emploi en cas de rachat

  • A
  • A
SFR : Numericable s'engage sur l'emploi en cas de rachat
Partagez sur :

Patrick Drahi, le président d'Altice s'engage à ne pas licencier, à conserver les 8500 emplois chez SFR et les 2400 emplois chez Numericable...

Numericable, candidat à la reprise de SFR, la filiale de Vivendi, en dit plus sur sa stratégie en cas de réussite de l'opération... Alors que Vivendi a fixé à mercredi soir la date butoir pour le dépôt des offres, Patrick Drahi, le président d'Altice (maison-mère du câblo-opérateur) s'engage dans les colonnes du 'Figaro' "à ne pas licencier, à conserver les 8500 emplois chez SFR et les 2400 emplois chez Numericable, et même recruter des commerciaux pour le marché des entreprises". "Pour convaincre Arnaud Montebourg, Patrick Drahi promet de recourir à des industriels français, Alcatel-Lucent,Technicolor ou Sagemcom pour ses investissements en France mais aussi à l'étranger", ajoute le quotidien. Patrick Drahi s'engage à poursuivre ses investissements dans la fibre optique pour couvrir 12 millions de foyers en 2017 et 15 millions d'ici à 2020. Son objectif est de recruter six millions de clients d'ici trois ou quatre ans en lançant une ambitieuse campagne de recrutement sous la marque SFR. Mobile marginal Si l'opération était un succès pour Altice, la marque Numericable disparaîtrait. L'objectif serait alors de faire de SFR un grand opérateur de câble dans lequel le mobile ne serait plus que marginal, de 25% à 30% de l'activité du nouvel ensemble, compte tenu de la marge (entre 45% et 60%) dégagée dans le câble, où le taux de fidélité des clients est supérieur à ceux du mobile et le revenu moyen par abonné au-dessus de 42 euros. Patrice Drahi "mise aussi sur le marché des entreprises dont les besoins en très haut débit sont immenses. Il espère gagner à terme 30% du marché des entreprises qui pèse 6,5 milliards d'euros. Patrick Drahi soutient que le câble, à l'instar de ce qui se passe aux �?tats-Unis et dans le reste de l'Europe, est un marché de croissance", écrit 'Le Figaro'. Le rapprochement SFR-Numericable devrait permettre de générer des synergies industrielles "conséquentes" en permettant notamment d'appuyer le réseau mobile de l'un sur le réseau fibré de l'autre. La date butoir a donc été fixée par Vivendi au 5 mars à 20 heures pour les offres de reprise de SFR, sa filiale télécoms, selon les informations du 'Monde'. Le seul candidat déclaré pour le moment est Altice. Selon le journal, Vivendi aurait choisi cette échéance pour obliger Bouygues, qui est également intéressé, à mettre une offre sur la table...