Selon Angela Merkel, "la crise est loin d'être terminée"...

  • A
  • A
Selon Angela Merkel, "la crise est loin d'être terminée"...
Partagez sur :

2013 pourrait être plus difficile que l'année écoulée, en raison d'un ralentissement de la croissance économique

Révélés en avant-première par la presse, les voeux de la chancelière allemande, Angela Merkel, seront marqués ce soir par une bonne dose de prudence dans un contexte économique toujours fragile en Europe : "Pour notre prospérité et notre solidarité nous devons trouver le bon équilibre" ... "La crise de la dette souveraine européenne montre à quel point cet équilibre est important" explique Mme Merkel qui estime que "les réformes proposées commencent à produire leurs effets. Cependant nous devons faire preuve de patience car la crise est loin d'être terminée et 2013 pourrait être plus difficile que l'année écoulée, en raison d'un ralentissement de la croissance économique..." Angela Merkel s'est toutefois félicitée de la chute du chômage outre-Rhin, revenu au plus bas depuis la réunification allemande. La France en péril Une situation de l'emploi qui tranche avec l'augmentation vertigineuse du chômage en France où le nombre de demandeurs d'emplois a progressé pour le 19ème mois consécutif en novembre, ce qui représente 29.300 personnes de plus, en France métropolitaine. Le nombre total de personne à la recherche d'un travail s'établit ainsi à 3,13 millions, en catégorie A... Les jeunes et les plus âgés, toujours les plus touchés Dans le détail, les plus âgés demeurent toujours les plus touchés. Le nombre de demandeurs d'emplois de plus de 50 ans a ainsi grimpé de +1,2% en catégorie A, soit une hausse de +17,5% sur un an. Du côté des moins de 25 ans, la progression est plus marquée qu'en octobre (+1,2% après +0,5%). Sur un an, la progression atteint +10,2%. Pour tenter de protéger ces deux tranches d'âge, le gouvernement a adopté le 12 décembre dernier en Conseil des ministres, les contrats de génération, mesure phare de la campagne de François Hollande, qui vise à embaucher un jeune, parrainé par un senior, en contrepartie d'une aide financière de l'Etat pour les entreprises de moins de 300 salariés. Ils doivent entrer en vigueur dès 2013. Matignon espère en créer 500.000 d'ici 2017.