Sapin et Montebourg ne sont pas d'accord sur le sort de Florange

  • A
  • A
Sapin et Montebourg ne sont pas d'accord sur le sort de Florange
Partagez sur :

"On n'est plus dans une époque où on nationalise la sidérurgie", répond le ministre du Travail à son homologue du Redressement productif...

Arnaud Montebourg et Michel Sapin ne voient pas l'avenir du site ArcelorMittal de Florange de la même manière... Le ministre du Redressement productif a plaidé hier pour un contrôle public des installations du site de Moselle. Ce matin, son homologue au ministère du Travail a exprimé son point de vue, estimant que les nationalisations dans la sidérurgie appartenaient désormais "au passé". "Plus dans une époque où on nationalise la sidérurgie" "Ce que voulait exprimer Arnaud Montebourg, c'est la volonté gouvernementale qu'il y ait une solution là-bas, pour qu'on continue à faire fonctionner les hauts fourneaux", a déclaré Michel sapin sur LCI. "La bonne solution c'est d'examiner les propositions qui sont faites par d'autres entreprises pour faire en sorte qu'ArcelorMittal accepte de vendre pas cher cet ensemble et de manière qui soit cohérente, qui soit tenable ", selon lui. Il a en suite conclu que s'il y avait ensuite "une période de transition entre aujourd'hui et après-demain, pourquoi pas, mais on n'est plus dans une époque où on nationalise la sidérurgie"... "Eventualité d'un contrôle public" Arnaud Montebourg a annoncé hier le gouvernement avait reçu "deux offres et marques d'intérêt" pour Florange, mais sur un périmètre plus large que celui proposé ArcelorMittal, ce que refuse le groupe. "La question qui est posée (...) de l'éventualité d'un contrôle public même temporaire doit faire l'objet d'une étude sérieuse par le gouvernement", a-t-il suggéré lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat.