Ryanair riposte après les résultats d'une enquête sur sa politique de sécurité

  • A
  • A
Ryanair riposte après les résultats d'une enquête sur sa politique de sécurité
Partagez sur :

Selon cette étude diffusée par un syndicat non reconnu par la compagnie, deux pilotes sur trois auraient peur de signaler un problème de sécurité à la hiérarchie.

Ryanair est monté au créneau ce lundi suite aux accusations de certains pilotes de la compagnie à bas co�"t... Le Ryanair Pilot Group (RPG), qui cherche à être reconnu comme syndicat par l'entreprise, explique que, selon une étude menée auprès de plus de 1.000 pilotes et commandants de bords, soit un tiers de l'effectif total de la compagnie, 89% d'entre-eux ne jugent ni ouverte ni transparente la culture de l'entreprise en matière de sécurité. Par ailleurs, deux pilotes sur trois hésiteraient à signaler à leur hiérarchie un problème de sécurité. Comptes sociaux clôturés Parallèlement à cette étude relayée dans de nombreux médias, le RPG a indiqué par voie de communiqué que son compte Facebook et Twitter avaient été clôturés sans raison apparente. "Il semble que ces deux événements exceptionnels soient le fruit d'une tentative orchestrée et délibérée de faire taire la voix des pilotes de Ryanair", déplore le RPG. Ce syndicat dit représenter les intérêts de plus de 50% des pilotes de la compagnie et avoir récemment élu démocratiquement un conseil intérimaire présidé par Evert van Zwol, qui ne travaille pas pour Ryanair mais qui a présidé l'Association néerlandaise des pilotes de ligne. Résultats "inventés" Dans un communiqué publié ce lundi, Ryanair rejette en bloc "les résultats inexacts de cette étude" et met en cause la légitimité de ce syndicat dirigé par un individu qui n'appartient pas à la compagnie. "Ryanair et l'Autorité de l'aviation irlandaise exploitent des systèmes de reporting de sécurité confidentiels permettant à n'importe quel pilote de signaler des problèmes de sécurité en toute confidentialité et sans crainte de représailles", souligne encore la direction. Elle précise enfin qu'en 29 ans, la compagnie a battu des records de sécurité.