Rio Tinto va céder 13 actifs dont le site de Gardanne en France

  • A
  • A
Rio Tinto va céder 13 actifs dont le site de Gardanne en France
Partagez sur :

Le géant minier va vendre des actifs en Australie, en Nouvelle-Zélande, ainsi que des usines en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Rio Tinto a annoncé cette nuit qu'il allait à nouveau se séparer d'actifs de sa branche aluminium, à l'issue d'une "revue stratégique" destinée à le recentrer sur ses actifs les plus rentables. Les opérations de désinvestissement se dérouleront progressivement en fonction des opportunités. En préalable, six actifs situés en Australie et en Nouvelle-Zélande seront regroupés dans une nouvelle structure baptisée "Pacific Aluminium" est gérés indépendamment du groupe avant leur vente. Un second groupe d'actifs dits "non-stratégiques" quittera le périmètre, dont trois usines d'aluminium de spécialité et le site de Gardanne en France et en Allemagne, mais aussi la fonderie de Sebree aux Etats-Unis et celle de Lynemouth au Royaume-Uni (qui serait fermé à défaut de cession). Le détail des trois sites français et allemand n'a pas été fourni. Tom Albanese, le patron de Rio Tinto, a expliqué que ces actifs sont de bonne qualité et bien gérés, mais ne font plus partie de la stratégie de l'entreprise. Le groupe a entamé les négociations avec les organisations syndicales et les autorités concernées. En ce qui concerne le site de Gardanne, né en 1893 pour exploiter la bauxite et la transformer en alumine, il s'agirait d'un 3ème changement de contrôle en moins de 10 ans, après le rachat de Péchiney par Alcan (2003), puis celui d'Alcan par Rio Tinto (2007).