RFF et la SNCF déploient le plan "Vigirail" suite à l'accident de Brétigny

  • A
  • A
RFF et la SNCF déploient le plan "Vigirail" suite à l'accident de Brétigny
Partagez sur :

Les deux entreprises vont investir plus de 400 millions d'euros afin de sécuriser le réseau...

Suite à la catastrophe de Brétigny-sur-Orge qui avait causé la mort de sept personnes en juillet dernier, la SNCF a lancé mardi son plan "Vigirail" en collaboration avec Réseau ferré de France. Il a pour objectif de sécuriser et de maintenir le réseau existant. Son co�"t total est estimé à 410 millions d'euros, dont 350 millions d'euros sont issus de la réorientation des investissements. Remplacement des aiguillages Le plan prévoit notamment d'accélérer le remplacement des aiguillages sur la période 2014-2017. La SNCF espère renouveler 500 appareils par an sur l'ensemble du réseau contre 300 actuellement. L'opération, qui nécessitera un investissement de 300 millions d'euros, portera en priorité sur les axes très empruntés. Autre mesure de ce plan : le contrôle des rails par vidéos, dont le co�"t est estimé à 80 millions d'euros. Après un an d'expérimentation, la SNCF et RFF vont déployer "des engins de surveillance automatisés de la voie courante sur le territoire national dès janvier 2014, avec enregistrements vidéo haute définition et analyse automatique des écarts", détaillent-ils. Parmi les autres dispositifs annoncés figure la création d'une plateforme "d'écoute et de traitements des anomalies observées par les agents et les clients" (3 millions d'euros). Défaut d'éclisse D'après des rapports internes parus à la fin du mois de septembre, un problème de maintenance pourrait expliquer la défaillance de l'éclisse, la pièce à l'origine probable du déraillement du Paris-Limoges le 12 juillet à son passage en gare de Brétigny-sur-Orge. Au total, trois enquêtes - une par le parquet d'Evry, une par le ministère des Transports et une dernière par la SNCF et Réseau ferré de France - ont été ouvertes.