Réunion à Matignon sur la crise de l'agroalimentaire en Bretagne

  • A
  • A
Réunion à Matignon sur la crise de l'agroalimentaire en Bretagne
Partagez sur :

Le gouvernement est "prêt à lancer un plan pour la Bretagne", a promis le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée...

Le gouvernement est "prêt à lancer un plan pour la Bretagne", a promis le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée, à la veille d'une réunion ministérielle prévue ce mercredi midi à Matignon au sujet de la crise de l'agroalimentaire qui frappe la région. Les salariés du secteur ont multiplié les actions ces derniers jours, pour attirer l'attention des pouvoirs publics. Ils ont notamment bloqué l'aéroport de Brest et mené des opérations escargot sur les routes. "Nous cherchons des solutions, on ne peut pas se satisfaire de ce qui se passe aujourd'hui", a déclaré sur Europe 1 mercredi Guillaume Garot, le ministre délégué à l'Agroalimentaire. Il s'est engagé à ce que les salaires des employés licenciés, par les abattoirs Gad notamment, soient maintenus pendant un certain temps, "à travers le contrat de sécurisation professionnelle". "On ne veut pas mourir" Des salariés du groupe volailler Doux, dont la restructuration a entraîné en 2012 la perte d'un millier d'emplois, sont mobilisé, mais aussi de Gad Sas, cette entreprise d'abattage et de découpe de porcs dont le site principal à Lampaul-Guimiliau, dans le Finistère, qui emploie 850 personnes, va être fermé dans les prochains jours. Des employés du groupe volailler Tilly-Sabco et de Marine Harvest, groupe norvégien leader du saumon, font également partie du mouvement, alors que leur direction a annoncé la suppression de 450 emplois en Bretagne en 2014. "Ce qui se passe actuellement en Bretagne dans l'agroalimentaire est comparable à ce qui s'est passé il y a quelques années pour la sidérurgie, c'est un véritable séisme, mais il y a des marchés et on ne veut pas mourir", a déclaré en début de semaine à Reuters Nadine Hourmant, délégué Force ouvrière pour Doux.