Retraites : Marisol Touraine confirme la piste d'une hausse de la CSG

  • A
  • A
Retraites : Marisol Touraine confirme la piste d'une hausse de la CSG
Partagez sur :

François Hollande ap romis des réponses avant la fin du mois dans ce dossier sensible...

Budget, reprise économique, retraites... François Hollande a annoncé hier que le gouvernement ferait des annonces sur ces dossiers d'ici la fin du mois d'ao�"t. Et la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a livré une première clef ce matin sur France 2, confirmant des rumeurs de presse récurrentes. "La CSG est une des options, c'est une option qui a sa cohérence, il y a d'autres options sur la table", a indiqué la ministre. "L'essentiel de la réforme est évidemment d'apporter un financement qui consolide nos régimes de retraites dans la durée mais on n'en restera pas là", a-t-elle ajouté. Par ailleurs, "les décisions ne sont pas encore prises. (...) "Nous sommes en train de déterminer les choix qui doivent être présentés", a-t-elle indiqué. Projet de loi présenté le 18 septembre Pour protéger le système par répartition et prendre en compte l'allongement de la durée de vie, le gouvernement devrait également retenir l'option de l'allongement de la durée de cotisation. Cette autre piste a été confirmée par le ministre du Travail, Michel Sapin. "Les Français savent que s'il n'y pas une réforme des retraites, ce à quoi ils tiennent comme à la prunelle de leurs yeux, c'est-à-dire une retraite par répartition (...), si on nefait rien, ça va s'écrouler", a-t-il dit mardi sur France Info. "Il faut adapter la durée de cotisation, c'est une des options qui est sur la table, elle est évidente, elle est très partagée par beaucoup", a-t-il ajouté. Le projet de loi sur la réforme des retraites sera présenté le 18 septembre en conseil des ministres. Avant ce rendez-vous, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, doit rencontrer les partenaires sociaux les 26 et 27 ao�"t pour leur présenter les options retenues par le gouvernement. Cette nouvelle réforme des retraites doit combler d'ici à 2020 un besoin de financement estimé à 7,5 milliards d'euros pour le seul régime général.