Retraite : la réforme ne réglera pas le déficit des régimes publics et spéciaux

  • A
  • A
Retraite : la réforme ne réglera pas le déficit des régimes publics et spéciaux
Partagez sur :

Cette annonce n'est pas une surprise, mais 'Les Echos' dévoilent les véritables chiffres...

Sans surprise, la réforme des retraites va laisser de lourds déficits pour les régimes publics et spéciaux. 'Les Echos' dévoilent les chiffres dans leur édition de jeudi, citant une étude d'impact transmise par le gouvernement à l'Assemblée nationale. 7,9 milliards d'euros de déficit en 2020 Selon l'étude, ces déficits (fonction publique, SNCF et RATP) s'élèveraient à 7,9 milliards d'euros en 2020 au lieu de 8,7 milliards avant la réforme, présentée mercredi au conseil des ministres. A titre de comparaison, le déficit des régimes de base du privé et ceux des fonctions publiques territoriale et hospitalière se réduirait sensiblement, passant de 7,6 milliards d'euros à 300 millions d'euros. Enfin, celui des complémentaires Agirc et Arcco resterait stable à 4,4 milliards d'euros. Concernés par la réforme Ces régimes sont pourtant concernés par les nouvelles mesures, rappelle le quotidien économique. Ainsi, comme dans le privé, les fonctionnaires seront touchés par la fiscalisation de la majoration pour trois enfants. De même, les pensions seront revalorisées dans les mêmes conditions, à savoir au 1er avril contre le 1er octobre jusqu'ici. En revanche, le gouvernement a renoncé à revoir le mode de calcul des pensions des fonctionnaires comme le préconisait le rapport Moreau. De même, les régimes spéciaux n'ont pas été rationalisés.  Ainsi, à la SNCF, l'âge légal de départ à la retraite est fixé à 55 ans et à 50 ans pour les agents de conduite jusqu'en 2017. �? la RATP, les salariés peuvent partir à 60, 55 ou 50 ans jusqu'en 2017 suivant la nature de leur poste. L'allongement de la durée de cotisation devrait toutefois les inciter à travailler plus longtemps afin de ne pas voir leur pension amputée...