Retraite : la menace plane sur les régimes complémentaires !

  • A
  • A
Retraite : la menace plane sur les régimes complémentaires !
Partagez sur :

Les cadres pourraient voir leur pensions Agirc chuter de 11% en 2019 si rien n'est fait.

Les régimes de retraites complémentaires tirent la sonnette d'alarme. Dans leurs dernières projections, publiées ce matin par 'Les Echos', l'Arrco (complémentaire de tous les salariés du privé) et l'Agirc (complémentaire des cadres) font des constatations alarmantes, en particulier pour le régime des cadres. Selon une source syndicale citée par le quotidien économique, le régime Arcco pourrait ne plus avoir de réserves en 2027 alors que celles-ci s'élèvent actuellement à 55,4 milliards d'euros. Pire encore : l'Agirc pourrait avoir épuisé les siennes (9 MdsE) dès 2018. Si rien n'est fait, les retraites complémentaires, en particulier celles des cadres, devront donc être revues en baisse dans les années à venir. Pour les cadres, la baisse de la pension complémentaire Agirc est estimée à 11% en 2019 et jusqu'à 14% sur les trois ou quatre ans suivants, selon les mêmes sources. Ce scénario se fonde sur un taux de chômage revenu à 7% en 2030, alors qu'un scénario noir prévoit de retrouver ce taux en 2035 et qu'un scénario rose supposerait un taux de chômage ramené à 4% en 2035. Le scénario médian estime aussi qu'une fusion entre les deux régimes Arrco et Agirc entraînerait l'épuisement de leurs réserves cumulées en 2025. Les complémentaires représentent plus de la moitié de la retraite des cadres En mars 2013, syndicats et patronat, co-gestionnaires de l'Arrco et de l'Agirc, avaient déjà décidé de geler la revalorisation des pensions jusqu'en 2015. Mais il est désormais évident que ce gel ne suffira pas pour rétablir l'équilibre des régimes, compte-tenu de la persistance du chômage de masse en France. Les partenaires sociaux ont constitué un groupe de travail pour que chacun teste les mesures qu'il souhaite prendre, avant une première séance de négociations prévue le 28 novembre prochain. Le patronat a d'ores et déjà fait savoir qu'il proposerait de jouer sur les mesures d'âge. Le problème est d'autant plus sensible que la retraite complémentaire représente une part importante de la pension des retraités du secteur privé : un tiers pour les non cadres, et plus de la moitié pour les cadres !