Retour des rumeurs sur la participation de l'Etat dans EDF

  • A
  • A
Retour des rumeurs sur la participation de l'Etat dans EDF
Partagez sur :

Le syndicat CFE-CGC Energies a lancé la rumeur.

L'Etat va-t-il céder 15% du capital d'EDF ? C'est en tout cas ce que croit savoir le syndicat CFE-CGC, malgré plusieurs démentis de la part de Bercy auprès de l'agence Reuters. "Un tel projet n'est pas envisagé", a fait savoir l'entourage du ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg. Des proches de son homologue aux Finances, Michel Sapin ont aussi "formellement démenti" l'information. "Brader EDF" Citant des "sources concordantes", la CFE-CGC assure que "l'Etat s'apprête à brader 15% de l'entreprise publique aux acteurs étrangers sur les marchés financiers". Un scénario auquel elle s'oppose, rappelant que "la privatisation des énergéticiens historiques en Europe s'est systématiquement traduite par une augmentation massive des prix", avec une flambée des tarifs de 32% depuis 2005 au sein de l'UE. Rumeurs récurrentes L'Etat actionnaire a engagé depuis plusieurs mois une politique de cessions. Il a récemment vendu 4,7% du capital de Safran, mais aussi ses parts dans EADS (3,7% du capital) et ADP (9,5% du capital). A plusieurs reprises, EDF a donc été citée par les analystes comme prochaine cible "évidente". Le moment ne semble cependant pas encore choisi. Si le cours de l'action EDF a progressé de 55% sur un an pour s'établir à 27,50 euros, son niveau reste bien inférieur à celui de mai 2010 (35,80 euros).