Renault-Nissan : les objectifs pour les véhicules électriques ne seront pas tenus

  • A
  • A
Renault-Nissan : les objectifs pour les véhicules électriques ne seront pas tenus
Partagez sur :

La commercialisation de 1,5 million de véhicules électriques prévue pour 2016 est repoussée à 2020, au minimum

Cette fois, c'est officiel : les objectifs de l'Alliance Renault Nissan dans les véhicules électriques ne seront pas tenus. Carlos Ghosn, le tout-puissant dirigeant des deux marques, a confirmé dans un entretien au 'Financial Times' ce que le journal japonais 'Asahi' supputait déjà fin septembre. En juin 2011, Nissan avait dévoilé un plan stratégique à horizon 2016 baptisé "Nissan Power 88", prévoyant la commercialisation de 1,5 million de véhicules électriques d'ici 2016. Echéance repoussée d'au moins quatre ans L'objectif 2016 n'est donc plus d'actualité, et se voit même largement repoussé. Au rythme actuel, je nous vois l'atteindre dans quatre ou cinq ans, a concédé Monsieur Ghosn. 'Asahi' évoquait pour sa part il y a plus d'un mois un objectif repoussé de quatre ans, à 2020. Le 'FT' rappelle que l'Alliance a écoulé 120.000 modèles électriques depuis cinq ans, plus que n'importe quel autre constructeur, mais que le marché reste anecdotique, entre co�"ts de production élevés, ventes réduites et "angoisse de l'autonomie" liée aux batteries et au nombre de points de recharge. Manque d'infrastructures Le dirigeant a concédé que le marché a décollé moins vite que prévu, mais il ne remet pas en cause ses véhicules, et fustige plutôt la construction des infrastructures dédiées, que nous pensions plus rapide mais qui ne l'a pas été, a expliqué le dirigeant dans les colonnes du quotidien des affaires britannique. Je ne pense pas que le principal problème soit le prix des voitures... Je n'achèterai pas un véhicule à essence s'il n'y avait pas de stations-services, a-t-il résumé, en prenant l'exemple de marchés comme la Californie ou la Norvège où les efforts publics ont permis de proposer un réseau dense de points de rechargement, et un décollage des ventes. En France, le marché des véhicules électriques reste étique. Le modèle le plus vendu est certes une Renault, la Zoé, mais seuls 503 exemplaires ont été immatriculés en octobre (0,2% du marché de 202.796 véhicules particuliers et utilitaires légers), après 302 en septembre. Depuis sa sortie en mars dernier, la Zoé a conquis 4.945 clients, ce qui en fait le 82ème véhicule le plus vendu sur le marché.