Renault : Moscovici attend toujours "un geste" de Ghosn sur son salaire

  • A
  • A
Renault : Moscovici attend toujours "un geste" de Ghosn sur son salaire
Partagez sur :

Carlos Ghosn avait fait savoir courant février qu'il renoncerait à 30% de sa rémunération variable au titre de 2012

En échange d'un accord sur la compétitivité chez Renault, Carlos Ghosn avait promis de renoncer à une part de sa rémunération. Cet accord ayant été conclu avec succès le 13 mars au sein du groupe automobile, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici rappelle ce matin son engagement au PDG. Dans un entretien avec les lecteurs du 'Parisien-Aujourd'hui en France', publié ce matin, Pierre Moscovici souligne que Monsieur Ghosn, qui gagne beaucoup d'argent, avait dit, si je ne m'abuse, que si cet accord était signé, il ferait un sacrifice sur sa rémunération. On l'attend. Monsieur Ghosn doit faire ce geste. Effort de 430.000 euros Carlos Ghosn avait fait savoir courant février qu'il renoncerait à 30% de sa rémunération variable au titre de 2012, un effort qui correspondrait à 430.000 euros. Même après cette concession, Carlos Ghosn toucherait encore 2,2 millions d'euros (dont 1 million d'euros de part variable), auquel s'ajoutent environ 10 millions d'euros au titre de Nissan, dont il est également le PDG. "Donnant-donnant" Pierre Moscovici rappelle que l'accord signé sur la compétitivité chez Renault était du donnant-donnant. D'une manière générale, le ministre confirme qu'il y aura une loi sur la gouvernance des entreprises et les rémunérations. Il se dit notamment favorable à ce que les salariés soient présents aussi dans les comités qui fixent les rémunérations.