Renault : baisse de production envisagée si l'année 2013 est mauvaise

  • A
  • A
Renault : baisse de production envisagée si l'année 2013 est mauvaise
Partagez sur :

Le patron de Renault, Carlos Ghosn souligne cependant que le marché mondial résiste...

"Si le marché continue de baisser à coup de 10% par an, personne ne pourra résister", a prévenu hier soir, le PDG de Renault, Carlos Ghosn au micro de Europe 1, interrogé sur d'éventuelles fermetures d'usines en France. "Si nous avons une année 2013 du même acabit que 2012 et que les perspectives 2014 ne sont pas meilleures (...) nous devrons adapter la production à la demande", a-t-il ajouté. Ne pas noircir le tableau Carlos Ghosn a cependant tenu à relativiser la chute des ventes automobiles sur le Vieux continent. "L'Europe va mal mais le reste des marchés mondiaux va bien", a-t-il martelé, rappelant que sur les sept premiers mois de l'année, le marché international a enregistré une croissance de 5%. En outre, si les capacités de production de Renault avoisine les 60% au sein de l'Union européenne, elles sont de 100% dans le reste du monde, a-t-il encore précisé. La compétitivité comme problème de fond Renault a vu ses immatriculations plonger de 29% en septembre sur un marché automobile français en baisse de 17,3%, d'après les chiffres publiés hier par le Comité des constructeurs automobiles français (CCFA). Pour Carlos Ghosn, le problème de fond est celui de la compétitivité et non pas des surcapacités de production, comme le prouvent les chiffres du marché mondial. "Cela m'étonnerait qu'il n'y ait pas un plan collégial d'action", a-t-il déclaré, appelant à une baisse des charges sur le travail en contrepartie d'une sécurisation de l'emploi.