Recul des ventes dans l'immobilier neuf en 2011

  • A
  • A
Recul des ventes dans l'immobilier neuf en 2011
Partagez sur :

Celles des appartements ont reculé de 9,1% et celles des maisons de 21,5%...

En 2011, les ventes de logements neufs ont reculé de 10,5% à 103.300 par rapport à 2010 mais ont progressé de 4,1% sur le seul quatrième trimestre (variation annuelle), pour s'établir à 29.500, d'après les chiffres du ministère du développement durable. Sur l'ensemble de l'année, les ventes reculent qu'il s'agisse des appartements ou des maisons (respectivement -9,1% et -21,5%). Au quatrième trimestre, les ventes d'appartements ont progressé de 5,4% (26.900) par rapport au quatrième trimestre 2010. Des ventes tirées par les deux pièces (+17,5%) et trois pièces dans une moindre mesure (+3,7%), alors que celles des appartements de quatre pièces et plus reculent nettement (-7,7%) comme celles des studios (-8,8%). Côté prix, le mètre carré s'établit en moyenne nationale à 3.731 euros au quatrième trimestre contre 3.630 euros un an plus tôt. Du côté des maisons, les ventes ont reculé de 7,3% en variation annuelle, notamment pour celles de moins de quatre pièces (-16,6%) et cinq pièces (-15,4%). En revanche celles de 6 pièces et plus progressent de 17,2%. "Le prix de vente moyen d'une maison neuve (240.700 euros) est supérieur de 2,2 % à celui observé au quatrième trimestre 2010", souligne le ministère. Les données du ministère sont proches de celles de la Fédération des promoteurs immobiliers qui a enregistré en 2011 une baisse des ventes de logements neufs de 11% par rapport à l'année 2010, malgré un quatrième trimestre 2011 en hausse de 5% par rapport au dernier trimestre 2010. Une situation que la FPI explique par la frilosité des investisseurs, pénalisés par la réduction d'impôt du dispositif Scellier ramenée de 25% à 22% en 2011 mais aussi par la modification du régime de taxation des plus-values immobilières. Par ailleurs, l'accession à la propriété a été particulièrement faible (-2% par rapport à 2010) et ce malgré le PTZ+. Enfin, la hausse des taux d'intérêt a également pesé...