Record historique d'impopularité pour le gouvernement Ayrault

  • A
  • A
Record historique d'impopularité pour le gouvernement Ayrault
Partagez sur :

75% des Français jugent mauvaise sa politique économique...

C'est un plus haut en 15 années de mesures... Le gouvernement Ayrault bat tous les records d'impopularité, selon le dernier baromètre de l'Economie BVA-Axys Consultants-BFM-'Challenges' publié jeudi. Soixante-quinze pour cent des Français jugent mauvaise la politique économique du gouvernement, contre 23% qui en ont une opinion positive, Le solde entre les opinions positives et négatives (-52) est le plus mauvais enregistré par ce baromètre en 15 ans d'existence. "Le gouvernement Ayrault détrône ainsi - de peu - le précédent 'record' détenu jusqu'alors par le gouvernement Villepin en juin 2006", détaille BVA. A part les sympathisants de gauche (53% de bonnes opinions) toutes les catégories de la population française sont une majorité à avoir une mauvaise opinion de l'action économique du gouvernement. Moral en chute libre Par ailleurs, le moral des Français enregistre une chute brutale en ce mois de novembre : 73% des personnes interrogées se déclarent "plutôt moins confiantes" concernant l'avenir de la situation économique, soit 12 points de plus que dans le baromètre d'octobre, alors que 24% (-13 points) sont plutôt plus confiants. L'indice retombe ainsi à son niveau moyen du 1er semestre. BVA a également interrogé les Français sur leur type de placement préféré à l'occasion de ce baromètre : 37% d'entre eux citent l'immobilier, devant les placements sécurisés du type livret A (32%). L'épargne longue de type assurance vie, PEA ou produits retraites sont deux fois moins évoqués (16%) et les placements boursiers, alors que les valeurs boursières sont en nette hausse, sont clairement désavoués. "Cette cote d'image des grandes catégories de produits est intéressante et renvoie à l'image sulfureuse que véhicule la bourse depuis la crise financière de 2008, et, inversement à l'image rassurante de la pierre et du livret A", estime Ga�"l Sliman, de BVA.