Radars : gare aux infractions commises au sein de l'UE !

  • A
  • A
Radars : gare aux infractions commises au sein de l'UE !
Partagez sur :

Dès demain, une nouvelle directive entre en application. Ainsi, les conducteurs de voitures flashées dans un autre pays de l'Union européenne pourront être identifiés et faire l'objet de poursuites

Rouler à pleine vitesse sur une autoroute française avec une voiture immatriculée en Allemagne et se moquer éperdument des radars fixes ? Cela risque d'être plus compliqué à partir de demain. Comme l'a annoncé la Sécurité routière, une directive européenne d'octobre 2011 doit en effet entrer en application dès le 7 novembre. Or, cette directive va permettre l'échange d'informations sur les véhicules immatriculés à l'étranger. Concrètement, les conducteurs de véhicules immatriculés dans l'Union et flashés par des radars français pourront être poursuivis. Cela concerne bien entendu les radars de contrôle de vitesse, mais aussi les radars de feux rouges. Un délai de 90 jours Une fois les véhicules identifiés, une contravention sera expédiée au domicile du contrevenant qui aura 90 jours pour régler. En l'absence de règlement, il recevra un rappel majoré. Comme le souligne le communiqué, 21% des infractions relevées par les radars fixes concernent des véhicules étrangers, alors qu'ils ne représentent que 5% du trafic. La proportion monte même à 25% en été et à 50% dans les zones frontalières. Quelques exceptions Si les conducteurs étrangers vont devoir se montrer plus vigilants, les Français se rendant à l'étranger vont être soumis aux mêmes contraintes. Ils risqueront eux aussi de recevoir un avis de contravention s'ils commettent un excès de vitesse ou franchissent un feu rouge dans un autre pays de l'Union. Reste à savoir si ce nouveau cadre se révélera vraiment efficace. Trois pays se tiennent en effet à l'écart de cet accord : le Royaume-Uni, l'Irlande et le Danemark. De surcroît, les Etats émettant les amendes n'auront pas de moyen de pression direct sur les contrevenants si ces derniers refusent de payer. En l'absence de paiement, le dossier sera transmis aux autorités du pays de résidence du contrevenant. Tout dépendra alors de leur degré d'implication dans le recouvrement des amendes...