Quatre mois après l'arrivée de Free, Virgin Mobile renoue avec la croissance

  • A
  • A
Quatre mois après l'arrivée de Free, Virgin Mobile renoue avec la croissance
Partagez sur :

L'opérateur assure avoir effacé les pertes enregistrées sur la période janvier-avril...

Le numéro un des opérateurs mobiles virutels (MVNO), Virgin Mobile reprend "du poil de la bête". D'après un communiqué publié ce mercredi par sa maison-mère Oméa Télécom, Virgin Mobile "retrouve un niveau d'abonnés comparable à celui de début janvier 2012 (date de l'arrivée de Free Mobile, ndlr) et repart en croissance". Le groupe dit même avoir effacé en moins de quatre mois l'incidence commerciale de l'arrivée du quatrième opérateur. Lors d'une conférence de presse organisée le 4 avril dernier, Oméa Télécom notait déjà que l'effet " bombardement communication " opéré par Free s'essoufflait, le groupe ayant gagné 17.000 clients en mars après en avoir perdu 15.000 en février et 26.000 en janvier. Les "bugs" rencontrés par Free mobile n'expliquent pas à eux seuls cette situation, selon le président d'Oméa Télécom, Geoffroy Roux de Bézieux. L'offre commerciale de l'opérateur s'est adaptée au marché, avec les forfaits Extaz lancés en janvier puis complétés en avril. Virgin Mobile a en effet ajouté une offre "mini" à sa gamme Extaz, à 4,99 euros par mois pour 45 minutes de communication et 450 SMS (contre 60 SMS et 1 heure d'appels chez Free mobile pour 2 euros). L'opérateur a également lancé une nouvelle offre Extaz bloquée "sans engagement et sans mobile", à partir de 12,99 euros par mois sans internet, avec 2 h de communication et jusqu'à 19,99 euros pour 4 heures d'appels, SMS illimités et Internet 3Go, contre le "tout illimité" chez Free mobile pour le même prix. En ce qui concerne Free, le nombre d'abonnés officiels n'est toujours pas connu et sera communiqué au moment de la publication du chiffre d'affaires du 1er trimestre, courant mai. Selon les dernières informations officieuses, Free aurait franchi le cap symbolique des 3 millions de clients à la fin mars, ce qui représenterait une part de marché de 4,5% acquise en deux mois et demi. Ces chiffres sont supérieurs à ceux qui circulaient jusque là et évoquaient entre 2,5 et 2,8 millions de clients à cette époque.