PSA n'a pas demandé de prêt à l'Etat

  • A
  • A
PSA n'a pas demandé de prêt à l'Etat
Partagez sur :

La direction a apporté un démenti aux informations de 'La Tribune'...

Alors que PSA a annoncé ce matin un recul de 13% de ses ventes au niveau mondial au cours des six premiers mois de l'année, "La Tribune" évoque un éventuel prêt de l'Etat pour sortir le constructeur automobile de ce mauvais pas. En échange, l'Etat prendrait une participation au capital du groupe. Une telle situation permettrait aux pouvoirs publics de participer directement aux décisions stratégiques et donc aux réflexions sur l'emploi. Cette semaine, le gouvernement avait confirmé l'annonce prochaine d'un "plan de soutien au secteur automobile" en le qualifiant même de "plan d'urgence". Aucune nouvelle mesure significative d'aide n'a pourtant été révélée. L'éventualité d'un prêt étatique a cependant été récusée par la direction du constructeur automobile. "PSA et Philippe Varin (son PDG) démentent avoir demandé un prêt à l'Etat", a déclaré un porte-parole de la marque au lion, à l'agence de presse Reuters. Pour mémoire, contrairement à Renault, dont l'Etat français détient 15% environ du capital, PSA est une entreprise privée contrôlée par son principal actionnaire, la famille Peugeot avec 25,2% du capital.