PSA : le gouvernement estime que la "retraite chapeau" de Philippe Varin doit être revue

  • A
  • A
PSA : le gouvernement estime que la "retraite chapeau" de Philippe Varin doit être revue
Partagez sur :

Le Medef se aussi penche sur le dossier...

La retraite chapeau de Philippe Varin, qui doit quitter PSA courant 2014, passe décidément mal... "Le Haut Comité de gouvernement d'entreprise est en cours d'auto-saisine", écrit mercredi le Medef sur Twitter. Créée au mois d'octobre, cette instance déontologique autonome du patronat français, est censée lancer cette démarche "lorsqu'une société n'applique pas une recommandation sans explication suffisante". Alors que PSA est en difficultés, le groupe a provisionné l'an dernier près de 21 millions d'euros pour couvrir ses obligations liées à la retraite de Philippe Varin, qui sera remplacé par Carlos Tavares. Cette somme doit lui être versée sous la forme d'une rente, à hauteur de 650.000 euros par an. A gauche comme à droite, les déclarations indignées de politiques  n'ont pas tardé. Et à la mi-journée c'est au tour du gouvernement de s'exprimer. "Ces montants nous paraissaient inappropriés" "Le niveau ou les modalités telles qu'elles ont été communiquées doivent être reconsidérés", a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, à la sortie du conseil des ministres. "Ces montants nous paraissaient inappropriés", a poursuivi le ministre, et "l'entreprise a imposé des sacrifices à ses salariés importants". Il est donc "naturel que cette décision, à l'évidence inappropriée, soit reconsidérée", selon Arnaud Montebourg. Il a rappelé les difficultés économiques et financières actuelles de PSA et que l'Etat avait accordé une garantie à la banque de PSA à hauteur de 7 milliards d'euros. Nommé en juin 2009 à la tête de PSA, Philippe Varin a engagé en 2012 un plan social qui prévoit notamment la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.