PSA envisage 2.500 aménagements de fin de carrière en deux ans

  • A
  • A
PSA envisage 2.500 aménagements de fin de carrière en deux ans
Partagez sur :

La marque au lion veut faciliter les départs volontaires des seniors.

Afin d'accélérer les objectifs de son plan "Back in the Race" présenté en avril dernier et après son plan social de 2012, PSA va inciter les départs volontaires. Le constructeur automobile a en effet annoncé jeudi que 2.500 personnes pourraient bénéficier d'un aménagement de fin de carrière en 2014 et 2015, dont 450 sur le site de Rennes, rapporte l'agence de presse Reuters. Rééquilibrer les effectifs "Le congé senior est compétitif par rapport à un licenciement où le salarié quitte l'entreprise", a estimé Philippe Dorge, directeur des ressources humaines de PSA. Ces départs volontaires doivent permettre au constructeur de rééquilibrer les effectifs entre les métiers dits "sensibles" qui représentent 23% des employés (réparations automobiles, organisation du travail dans les usines) et ceux en "en tension" (17%). Ces métiers - numérique, relation clientèle... - sont appelés à voir leurs effectifs progresser. Enfin, 60% des employés de PSA exercent sur des branches "à l'équilibre". En échange des départs volontaires, PSA prévoit donc de recruter en deux ans, 2.000 jeunes en alternance, même si les embauches en CDI sont pour le moment exclues. Ventes en hausse Avant de recruter de manière pérenne, PSA doit en effet redresser sa situation financière. Pour le moment, le plan compétitivité signé à l'automne dernier semble porter ses fruits. Les ventes mondiales de la marque au lion ont affiché une hausse de 5,4% à 683.000 unités, à la fin mai. En Europe, elles se sont établies à 407.000 véhicules, réalisant une progression de près de 14%, soit le double de la croissance des marchés. Le nouveau plan "Back in the Race" a pour objectif d'atteindre dans quatre ans, une marge opérationnelle de 2% pour la division automobile. L'an dernier, la branche a accusé une perte opérationnelle de 1.042 millions d'euros, soit un taux de marge de -2,9%.