Prudence et attentisme pour les cadres

  • A
  • A
Prudence et attentisme pour les cadres
Partagez sur :

Les entreprises qui n'envisagent pas de recruter citent en majorité... le manque de départs.

Le contexte économique ne permet pas à l'emploi de repartir, y compris chez les cadres. Le dernier baromètre de l'Apec montre que 48% des entreprises françaises envisagent de recruter au moins un cadre au 3e trimestre, soit presque autant qu'un an plus tôt (49%). Un paradoxe, alors que les entreprises interrogées par l'Association pour l'emploi des cadres sont plus nombreuses que l'an dernier (20% contre 14%) à juger que leur situation économique s'est améliorée depuis un an, alors que 63% (+4 points) estiment qu'elle n'a pas changé. Stabilité C'est dans l'informatique et dans l'industrie que les patrons sont les plus optimistes, 31% et 28% respectivement jugeant "que leur situation économique s'est améliorée depuis un an". C'est plus compliqué pour la construction et l'ingénierie-R&D, avec 23% et 25% qui pensent que la situation s'est dégradée. Avec 54 % d'entre elles ayant recruté au moins un cadre au cours du deuxième trimestre 2014, les entreprises de plus de 100 salariés s'inscrivent dans la stabilité, puisqu'elles étaient 53% dans ce cas il y a un an. "Quelques secteurs affichent une proportion d'entreprises ayant recruté en hausse, comme le conseil et services aux entreprises (+8 points), l'industrie (+7 points) et la banque-assurance (+4 points). L'Apec note cependant que "ce sont toujours les remplacements qui motivent les recrutements", avec 46% d'embauches suite à des départs au deuxième trimestre. Les commerciaux recherchés Qui du troisième trimestre ? Un peu plus des deux tiers des entreprises qui envisagent de recruter se disent certaines de transformer ces intentions. Il s'agit d'un niveau équivalent à celui de l'an passé. Celles qui n'envisagent pas de recruter citent là encore surtout (55%) le manque de départs comme raison principale. Le secteur des activités informatiques présente le plus haut niveau d'intentions de recrutement, avec plus de neuf entreprises sur dix, une proportion également stable. Mais la plus forte progression en un an est à mettre au crédit de l'industrie (+6 points à 50%). Les commerciaux restent les profils les plus recherchés (par 46% des entreprises qui envisagent de recruter, +6 points) devant les fonctions gestion-finance-administration (35%, +5 points) et les études-R&D (32%, +4 points).