Pour 'The Economist', la France est "une bombe à retardement au coeur de l'Europe"

  • A
  • A
Pour 'The Economist', la France est "une bombe à retardement au coeur de l'Europe"
Partagez sur :

La France est une nouvelle fois la cible du magazine.

Après l'Allemagne et le FMI, c'est au tour de la presse britannique de s'inquiéter pour la France. Sur Twitter, 'The Economist' dévoile la 'Une' de son numéro à paraître samedi 17 novembre. Le titre de son dossier est sans appel. Le poids de la dépense publique inquiète "La bombe à retardement, au coeur de l'Europe, quatorze pages de reportages en France", titre 'The Economist'. D'après le quotidien 'Les Echos' qui s'est procuré le numéro, l'hebdomadaire redoute une sérieuse crise économique en France, alors que le taux de chômage y dépasse les 10% et que la croissance est atone (+0,2% au troisième trimestre, d'après l'Insee). 'The Economist' pointe du doigt, le poids de la dépense publique qui s'élève à 57% du PIB, le pourcentage "de loin le plus élevé de la zone euro" citent 'Les Echos'. Si le magazine salue la volonté de réformes, notamment avec la publication du rapport Louis Gallois, il estime que c'est insuffisant et tardif, poursuivent 'Les Echos'. François Hollande, déjà la cible de 'The Economist' En juin dernier, l'hebdomadaire titrait au lendemain de l'élection présidentielle : "puissant et dangereux : le président français". Il critiquait alors les premières mesures du gouvernement, telles que la retraite à 60 ans pour certains salariés ou le relèvement de la taxation de la richesse. Elles "ne feront rien pour améliorer la compétitivité de la France qui, comme le montre son déficit commercial galopant, a rapidement décliné", écrivait le magazine.