Pour François Hollande, "l'heure est à la pause fiscale"

  • A
  • A
Pour François Hollande, "l'heure est à la pause fiscale"
Partagez sur :

Le chef de l'Etat justifie ainsi ses choix pour la réforme des retraites...

Alors que le niveau d'imposition bat des records en France, François Hollande promet dans une interview accordée au journal 'Le Monde', que "le temps est venu de faire - plus tôt qu'il n'avait été prévu - une pause fiscale". François Hollande défend sa réforme des retraite "C'est pourquoi l'option de la CSG a été écartée", explique le chef de l'Etat. Dans le cadre de la réforme des retraites, le gouvernement a en effet décidé d'augmenter les cotisations vieillesse (employeurs et salariés) pour financer le déficit plutôt que d'agir via la CSG. Elles seront revalorisées de 0,15 point en 2014, puis de 0,05 pour les trois années suivantes, ce qui devrait rapporter 2 milliards d'euros en 2014 et 4,4 milliards en année pleine à l'horizon 2020. En contrepartie, "le gouvernement s'est engagé à ne pas alourdir le co�"t du travail et à ne pas amputer leurs marges. Nous n'allons pas leur reprendre d'une main ce qu'on leur a donné de l'autre avec le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE)", assure une fois encore le chef de l'Etat. Il devrait y avoir un transfert des cotisations familiales, ces dépenses n'ayant pas vraiment de lien avec le travail. Réindexation du barème de l'impôt sur le revenu Toujours dans cette logique, François Hollande répète que le barème de l'impôt sur le revenu sera réindexé sur l'inflation. Rappelons qu'en France, le taux de prélèvements obligatoires des administrations publiques a atteint 45% du PIB en 2012, selon les données de l'Insee publiées en juin dernier. Il dépasse ainsi son record de 1999 (44,9%). Le vice président de la Commission européenne, Olli Rehn a d'ailleurs mis en garde la France la semaine dernière déclarant que les hausses d'impôts dans le pays "ont atteint un seuil fatidique"...