Pollution : l'Ademe s'en prend aux vieux diesels

  • A
  • A
Pollution : l'Ademe s'en prend aux vieux diesels
Partagez sur :

Selon un rapport de l'Ademe, l'amélioration de la qualité de l'air doit passer en priorité par la suppression des véhicules diesel sans filtre à particules. 12 millions de véhicules sont concernés.

Les vieux diesels sont une cause majeure de la pollution. Pour améliorer la qualité de l'air, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe) cible en effet les diesels, et, plus particulièrement,  les 12 millions de véhicules les plus anciens, non équipés de filtre à particules. En tout, ils représentent les deux-tiers des 19 millions de voitures diesel circulant en France. Selon le rapport de l'Ademe, la France pourrait drastiquement réduire ses émissions de particules fines et d'oxydes d'azote en substituant ces véhicules par des modes de transport " propres ". 60% des particules fines Le constat est en effet sans appel. A Paris, 60% des émissions de particules fines proviennent des pots d'échappement, notamment de ceux des voitures diesel de particuliers. Les oxydes d'azote, eux, proviennent pour plus de la moitié du trafic routier, dont 89% sont émis par des diesels. Une prime de 10 000 euros pour une voiture électrique Le projet de loi sur la transition énergétique présentée la semaine dernière propose d'ailleurs une prime à la conversion des véhicules les plus polluants par des véhicules propres. Cette prime étant cumulable au bonus pour l'achat de véhicule électrique, le montant peut atteindre jusqu'à 10 000 euros. Le texte de loi propose également la création de zones à circulation restreinte dans les villes de plus de 100 000 habitants. Ces zones seraient interdites aux véhicules émettant le plus de particules et d'oxydes d'azote.