Pollution : faudra-t-il bientôt payer pour rouler en ville ?

  • A
  • A
Pollution : faudra-t-il bientôt payer pour rouler en ville ?
Partagez sur :

Des péages urbains à l'horizon...

La circulation alternée a fait de nouveau beaucoup parler en France après les récents pics de pollution... Mais pour retrouver une qualité de l'air plus acceptable dans les villes, certains proposent d'aller encore plus loin. Le député et président de la commission du développement durable de l'Assemblée, Jean-Paul Chanteguet a ainsi suggéré de mettre en place des péages urbains. Le principe est simple et fonctionne déjà depuis une dizaine d'années à Londres. Il consiste à appliquer une taxe aux véhicules pénétrant dans une zone déterminée, généralement un centre-ville. Ailleurs qu'en Grande-Bretagne, l'idée a déjà aussi été mise en pratique en Suède, à Stockholm... De 9 à 12 livres dans la capitale anglaise A Londres, les automobilistes doivent payer la " Congestion charge " pour entrer dans le centre de la ville entre 7 heures et 18 heures en semaine. Il en co�"te de 9 à 12 livres (10,75 à 14,35 euros) par jour selon le moment où est effectué le règlement... A Stockholm, chaque passage dans la zone payante est facturé entre 10 et 20 couronnes (1,10 à 2,20 euros) selon l'heure. Le co�"t quotidien est plafonné à 60 couronnes (6,60 euros). Nantis fortunés Appliquer les mêmes recettes en France, notamment à Paris, est une idée évoquée par certains depuis longtemps. Il est vrai que des péages pourraient incontestablement réduire la circulation automobile... Les opposants mettent cependant en avant une mesure qui renforcerait le clivage centre - banlieue déjà flagrant à Paris par exemple, et qui donnerait un avantage supplémentaire aux 'nantis fortunés de la capitale' pour reprendre l'expression de certains élus du 93... Ceci étant, plusieurs éléments seraient à prendre en compte. Les systèmes en place ont d'abord nécessité de lourdes infrastructures, la détection des véhicules se faisant par un réseau de caméras. Pour ne pas être déficitaires, les péages ne pourraient donc être envisagés que dans les plus grandes agglomérations. Un risque de grogne  Par ailleurs, dans un contexte de pression fiscale accrue, les automobilistes y verraient sans aucun doute un nouvel impôt. D'où un risque de contestation supplémentaire vis-à-vis de l'exécutif. Il est d'ailleurs à noter qu'à Londres, l'extension du système à l'Ouest résidentiel a été annulée face à la grogne suscitée dans la population... Enfin, dans son  fonctionnement, le péage urbain n'est pas sans rappeler l'écotaxe, qui elle aussi détecte les véhicules lors de leur passage dans la zone payante. Or compte tenu du scandale provoqué par l'écotaxe (co�"t de l'infrastructure, mode de gestion...), l'amalgame pourrait rapidement être fait avec ce dossier br�"lant en cas de mise en place de péages urbains. Si une telle piste venait à être étudiée sérieusement, elle ne devrait donc à l'évidence pas aboutir avant une très longue réflexion... le temps de monter un dossier solide et de faire oublier le fiasco de l'écotaxe.