Plusieurs syndicats s'opposent à la réglementation de l'appellation "Restaurant"

  • A
  • A
Plusieurs syndicats s'opposent à la réglementation de l'appellation "Restaurant"
Partagez sur :

Le député UMP, Daniel Fasquelle souhaite déposer un amendement au projet de loi consommation allant en ce sens...

Le ton monte du côté des organisations professionnelles de la restauration et de l'hôtellerie... Ils s'opposent à la proposition du député UMP, Daniel Fasquelle, soutenue par le Synhorcat qui vise à réglementer l'appellation "restaurant". Ce dernier a annoncé son intention de déposer un amendement au projet de loi de la consommation Hamon. "Il n'est pas acceptable que des établissements portent le nom de restaurant alors qu'ils ne font que réchauffer des plats", explique-t-il sur son blog. Conséquences sur l'emploi "S'il est souhaitable d'apporter à nos clients une information juste et transparente, cette démarche doit se faire de manière constructive en évitant toute exclusion", soulignent dans un communiqué les syndicats GNC, SNARR, SNRPO, SNRTC, UMIH et CPIH. Ces derniers, qui représentent notamment la restauration rapide, publique mais aussi les restaurateurs indépendants redoutent les effets d'une telle mesure sur l'emploi. "Que deviendront les salariés des établissements qui ne bénéficieront plus de la reconnaissance du mot 'restaurant'?", s'interrogent-ils. En revanche, ces derniers soutiennent la proposition de l'UMIH. Elle suggère la "création d'un statut d'artisan-restaurateur qui s'appuierait sur le développement du label d'Etat Maître Restaurateur". A leurs yeux, "elle respecte tous les types de restauration sans discrimination, allant du restaurant traditionnel le plus simple aux grandes tables étoilées, qui font la notoriété de la restauration française".