Plus de 10 millions de Français confrontés au mal-logement

  • A
  • A
Plus de 10 millions de Français confrontés au mal-logement
Partagez sur :

La Fondation abbé Pierre bublie ce vendredi son rapport annuel...

La Fondation Abbé Pierre publie ce jeudi son 18ème rapport annuel sur le mal-logement, qui est aussi le premier depuis le début du mandat présidentiel de François Hollande. D'après ce pointage, 685.142 personnes sont privées en France de domicile personnel, dont 133.000 sans domicile, 18.142 en résidence sociale, 38.000 en chambre d'hôtel, 85.000 dans des "habitations de fortune" et 411.000 contraintes de vivre chez des tiers. Environ 2,7 millions de personnes vivent par ailleurs dans des conditions de logement jugées "très difficiles", sans confort ou très surpeuplé. Le rapport fait également état de 172.847 personnes vivant dans des logements meublés et 71.188 gens du voyage ne pouvant accéder à une aide d'accueil. Impayés, logements surpeuplés... Au total, plus 3,6 millions de personnes sont mal logées, auxquelles la Fondation ajoute 5 millions de personnes "en situation de réelle fragilité". Ainsi, "environ 730.000 personnes sont confrontées à un très mauvais fonctionnement de leur copropriété, à un défaut d'entretien ou à des impayés importants et nombreux". D'autres occupent des logements surpeuplés ou doivent se contenter de vivre "chez des tiers". Par ailleurs, d'après ce 18ème rapport, près de 1,2 millions de ménages attendent actuellement un logement social, 3,8 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique, 1,3 million de locataires sont en difficulté de paiement tout comme 565.000 propriétaires, et 91.000 ménages sont menacés d'expulsion. Crise du logement Pour la Fondation Abbé Pierre, "ce sont sans aucun doute plus de 10 millions de personnes qui subissent aujourd'hui les conséquences de la crise du logement (production de logements insuffisante et inaccessible aux plus modestes, flambée des coûts du logement et des charges, blocage de la mobilité résidentielle...)". Elle attend donc "des signes forts de la part des pouvoir publics, et des engagements réels en direction des personnes défavorisées pour offrir des perspectives aux plus modestes et éviter que des ménages fragiles ne viennent à l'avenir grossir les rangs des personnes très mal logées". François Hollande a signé en février 2012 le "contrat social" de la Fondation. Il prévoit la production de 500.000 logements par an, dont 150.000 sociaux. Une délégation de la Fondation a été reçue par le chef de l'Etat, et a estimé qu'il était "très au fait du problème et de la situation". D'après le délégué général de la fondation, Patrick Doutreligne, "il a déclaré qu'il ne renierait aucun des engagements pris l'année dernière en dépit de la situation budgétaire et économique actuelle"...