Peugeot s'enfonce, Moody's menace d'abaisser la notation crédit

  • A
  • A
Peugeot s'enfonce, Moody's menace d'abaisser la notation crédit
Partagez sur :

Le constructeur automobile perd en moyenne 200 millions d'euros par mois depuis la mi-2011...

La chute s'accélère pour le titre Peugeot qui plonge de 7,6% sous les 7 euros en Bourse de Paris, pénalisé par une note de Moody's qui envisage d'abaisser sa notation crédit. Hier le titre avait initialement progressé après l'annonce d'un nouveau plan social et des précisions sur la situation financière actuelle du constructeur automobile mais la clôture avait été négative (-1,7% juste sur les 7 Euros). PSA a souligné qu'il perdait en moyenne 200 millions d'euros par mois depuis la mi-2011, soit déjà 2,4 Milliards d'Euros de cash-flows négatifs. A court terme, cette situation ne va pas s'arranger puisque le groupe parle d'une "contraction durable" du marché automobile européen qu'il voit désormais chuter de 8% en 2012. Le groupe anticipe pour sa part des ventes en baisse de 10% sur la zone compte tenu de sa forte exposition à l'Italie ou l'Espagne. Autre conséquence de cette conjoncture aggravée par un positionnement commercial peu efficace, la situation de surcapacité industrielle du groupe a encore augmenté avec un taux d'utilisation des usines européennes de seulement 76% au 1er semestre 2012. PSA ne prévoit pas de retour à l'équilibre du cash-flow opérationnel avant la fin 2014 dans les conditions actuelles du marché automobile et rappelle que les effets de l'Alliance avec General Motors ne se feront pas non plus véritablement sentir avant cette échéance. Moody's a donc décidé de placer la notation crédit de Peugeot SA sous surveillance en vue d'un abaissement. Le constructeur est crédité actuellement d'une note "Ba1", c'est-à-dire le cran le plus élevé de la catégorie spéculative. Selon la terminologie de l'agence, un niveau de la catégorie "Ba" signifie que les obligations émises par la société ont des caractéristiques spéculatives, et son sujettes à un risque crédit substantiel, par opposition aux catégories plus élevées qui offrent davantage de garanties aux porteurs.