Peu de Français partiront pour Pâques

  • A
  • A
Peu de Français partiront pour Pâques
Partagez sur :

Et les séjours seront plus courts...

Peu de privilégiés partiront pendant les vacances de Pâques... Ils seront seulement 23%, d'après une étude Ifop pour Mondial Assistance publiée jeudi. Sans surprise, ce sont d'abord les catégories socio professionnelles supérieures, franciliennes et exerçant des professions intermédiaires qui ont programmé un séjour. Séjour qui sera d'ailleurs court, 48% indiquant partir moins d'une semaine. Le budget sera serré : il est estimé en moyenne à 600 euros cette année, contre 792 à la même période en 2013, ce qui matérialise une baisse de 25%. "Il s'agit du plus faible budget depuis 2011, toutes vacances confondues", précise l'Ifop, qui indique que "les budgets inférieurs à 300 euros sont majoritaires et en hausse cette année (+9 points, de 20% à 29%), tandis que les budgets plutôt élevés (de 1.200 à 2.500 euros), diminue de 6 points (de 16% en 2013 à 10% en 2014)". Pour tenter de faire des économies, près d'un vacancier sur trois (31%) réserve son séjour à la dernière minute, en hausse de 3 points sur un an. Les Français privilégient d'ailleurs, à 37%, les sites de voyages sur internet afin de comparer les prix. Les économies d'abord Pour ces vacances de Pâques, une écrasante majorité (70%) des Français choisira la France. Ces départs perdent néanmoins du terrain face aux séjours en Europe (-5 points). La mer reste la destination la plus prisée (37%). "On observe que les jeunes délaissent les côtes pour se rendre à la campagne (40% des vacanciers âgés de 18 à 25 ans) et dans les capitales européennes (20%)". Enfin, les économies restent une priorité, y compris pour ceux qui peuvent se permettre de voyager. Ainsi, 40% des vacanciers seront hébergés chez des proches. Moins de deux Français sur dix (18%) choisira la location d'appartement ou de maison, tandis que "l'hôtel affiche un léger retrait de 4 points (21%) comme les clubs vacances, qui ne sont que très peu choisis (1%) à cette période de l'année", conclut l'Ifop.