Pétrole : le baril retombe sous les 95 dollars en Asie

  • A
  • A
Pétrole : le baril retombe sous les 95 dollars en Asie
Partagez sur :

L'annonce d'une baisse supérieure aux attentes des réserves de brut hebdomadaires aux Etats-Unis n'a donc guère pesé sur le marché qui se focalise aussi sur le "risque grec"...

Dans le sillage des marchés boursiers qui continuent de plonger sur la crainte d'un défaut grec, le baril de pétrole retombe sous la barre des 95 dollars en Asie, à 94,80 dollars le WTI ce jeudi matin. Les inquiétudes sur la croissance américaine et sur la demande de carburant ont ressurgi après une vague de statistiques très décevantes outre-Atlantique... L'annonce d'une baisse supérieure aux attentes des réserves de brut hebdomadaires aux Etats-Unis n'a donc guère pesé sur le marché qui se focalise aussi sur le "risque grec". En parallèle, la tension est montée d'un cran sur l'Euro, la monnaie européenne chutant sous 1,42 dollar, à 1,4125 dollar entre banques face aux craintes croissantes d'un défaut de paiement d'Athènes sur sa dette. Au lendemain de violentes manifestations et de dissensions politiques en Grèce, les marchés craignent que la classe politique grecque ne soit pas en mesure d'imposer à la population les réformes nécessaires pour redresser les finances du pays... Un échec qui entraînerait un risque élevé de défaut sur la dette, avec des conséquences potentielles graves pour la Grèce et un risque encore plus dangereux de contagion à l'Irlande et au Portugal. En Grèce, le Premier ministre grec George Papandreou a donc échoué à convaincre l'opposition d'accepter son projet de loi budgétaire d'austérité, et n'est pas parvenu à former un gouvernement d'union nationale... Dans la soirée, il a annoncé qu'il procéderait aujourd'hui à un remaniement ministériel et s'est engagé à soumettre ce nouveau cabinet à un vote de confiance du Parlement. Reflétant ces craintes, les Bourses européennes, américaine et asiatiques ont plongé (-1,7% pour l'EuroStoxx 50, -1,5% pour le Dow Jones) et l'écart de rendements entre les taux grecs, irlandais et Portugais d'une part et les taux des Bunds allemands, références de la zone Euro, a atteint son plus haut niveau historique...