"Pas de raison que la France cesse d'être une nation automobile européenne"...!

  • A
  • A
"Pas de raison que la France cesse d'être une nation automobile européenne"...!
Partagez sur :

Dixit l'ancien dirigeant de Renault, Louis Schweitzer...

Plan social chez PSA, 7.500 suppressions de postes attendues chez Renault, affaiblissement de la demande européenne... L'industrie automobilehexagnoale survivra-t-elle à la crise qu'elle est en train de traverser ? "On est bien situé au centre de l'Europe (...) il n'y a aucune raison que la France cesse d'être une nation industrielle automobile (...) Renaut et PSA ont un avenir", rétorque ce matin sur Canal Plus, l'ex PDG de Renault, Louis Schweitzer, évoquant notamment des coûts de production moins élevés que l'Allemagne et la Belgique. Ajuster les effectifs à la production Louis Schweitzer note que la chute de la production des constructeurs français est en partie liée à la conjoncture, mais pas seulement. Si les marques françaises perdent des parts de marché, c'est aussi en raison de leurs difficultés à être flexibles. "Il faut être capable de s'ajuter au rythme de production", qui fonctionne par "cycle dans l'industrie automobile", a fait valoir l'ancien dirigeant de la marque au losange, soulignant que cela éviterait d'aboutir au final à des plans sociaux : "Si un constructeur n'ajuste pas ses effectifs à sa production, il entre dans un cercle vicieux". La France doit aussi travailler sur son image , qui a permis en Allemagne, de construire la marque forte du "Made in Germany". Ce changement est possible, "avec le temps", a-t-il assuré. Reprise des négociations Chez Renault, les négociations sur la compétitivité, reprennent justement ce mardi, entre la direction et les syndicats. De leur côté, des salariés de l'usine PSA d'Aulnay, vouée à être fermée l'an prochain, doivent se rassembler dans la matinée devant le siège, à Paris, où les négociations sur le plan social annoncé en juillet dernier ont également repris ...