Pas d'engagement de la part d'Alcatel-Lucent sur l'emploi en France

  • A
  • A
Pas d'engagement de la part d'Alcatel-Lucent sur l'emploi en France
Partagez sur :

"Pas pour l'instant"...

Alcatel-Lucent a annoncé fin juillet, en marge de la publication de ses comptes semestriels, la suppression de 5.000 postes dans le monde, sans donner davantage de précisions sur leur répartition géographique. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a rencontré jeudi Philippe Camus, le président du conseil d'administration de l'équipementier télécoms pour évoquer ce dossier... mais il semble que rien de concret ne soit ressorti de cette rencontre. Interrogé sur un éventuel engagement d'Alcatel en matière d'emploi en France, Arnaud Montebourg a répondu à des journalistes qu'il n'en existait "pour l'instant aucun", indique l'agence Reuters. "Nous sommes en discussions car Alcatel est une entreprise qui connaît une passe difficile", a ajouté le ministre. Plus de détails la semaine prochaine ? "Nous souhaitons travailler avec les organisations syndicales après la rencontre que j'ai eue avec Philippe Camus", a encore indiqué Arnaud Montebourg, en marge d'un déplacement à Itteville (Essonne) pour la pose de la première pierre d'un centre de recherche de Safran. D'après des sources du dossier citées par Reuters, les salariés d'Alcatel-Lucent pourraient en savoir plus la semaine prochaine, avec la tenue d'une réunion du conseil d'administration qui devrait porter sur ce plan de restructuration.