Paris, troisième marché de bureaux le plus cher d'Europe

  • A
  • A
Paris, troisième marché de bureaux le plus cher d'Europe
Partagez sur :

La capitale se situe au dixième rang mondial...

Le quartier de West End à Londres, était toujours le marché des bureaux le plus cher du monde en 2012, devant le quartier central des affaires de Hong Kong, alors que Paris se situe en dixième position, au niveau international mais seulement au troisième rang à l'échelle européenne, d'après l'étude annuelle de Cushman & Wakefield. En moyenne, les loyers ont augmenté de 3% sur l'année. Paris sur le podium européen Le quartier des affaires parisien se situe, au niveau européen juste derrière Londres et Moscou, avec un prix de location au mètre carré de 915 euros par an contre 2.137 euros pour la capitale britannique. "Les loyers s'y sont maintenus à des niveaux élevés en 2012 du fait de la raréfaction de l'offre de qualité, qui a incité les utilisateurs de secteurs à forte valeur ajoutée (avocats, conseils en stratégie) à payer le prix fort pour saisir les dernières opportunités des beaux quartiers de la capitale", écrivent les auteurs de l'étude. A l'échelle du Vieux continent, la crise économique a eu pour conséquence de stabiliser le prix des loyers. Les pays les plus affectés enregistrent en revanche de fortes baisses des prix : -8% en Grèce et en Italie, -6% en Espagne. Flambée des prix dans les Amériques A l'échelle mondiale, le continent américain enregistre la plus forte progression des loyers de bureaux sur un an (+10%), tirée par le dynamisme de l'Amérique latine. "Le bond de 43 % des loyers dans le quartier Zona Sul à Rio de Janeiro (à 1.343 euros le mètre carré/an, ndlr) permet à la métropole brésilienne de passer en un an de la 8e à la 3e place des marchés de bureaux les plus chers du monde", peut-on lire dans l'étude. Certaines villes d'Amérique du Nord ont également tiré les loyers vers le haut (+19% à San Francisco). En revanche, les loyers en Asie ont progressé de seulement 3% en raison du ralentissement économique mondial. "Classées 2e et 5e du top 10 mondial, Hong Kong et Tokyo demeurent parmi les principales places financières de la planète mais ont enregistré une baisse de leurs valeurs locatives prime en 2012", précise le cabinet.