Paris : les étrangers commencent à bouder les beaux quartiers

  • A
  • A
Paris : les étrangers commencent à bouder les beaux quartiers
Partagez sur :

Tous les biens ne connaissent pas la même pression sur les prix...

La plateforme immobilière spécialisée dans les transactions immobilières à Paris Wall-Market.com vient d'analyser les tendances des 6ème et 7ème arrondissements, réputés être les deux arrondissements les plus chers de la capitale avec une moyenne supérieure à 12.000 euros le mètre carré. Même si les quartiers de Saint-Germain des Près ou des Invalides continuent à faire rêver une clientèle souvent étrangère, ces lieux ressentent aujourd'hui les effets de la crise immobilière... Moins de clients étrangers "Les étrangers semblent absents, les italiens ne sont plus là pour soutenir la demande, à peine remplacés par quelques acquéreurs de pays émergents : Amérique du Sud et continent Asiatique", constatent ainsi les agences immobilières partenaires de Wall-Market.com. La clientèle étrangère fait place à de nouveaux profils d'acheteurs, particuliers ou investisseurs français, plébiscitant les biens à moins de 2 millions d'euros. Pour autant, le volume des transactions s'orienterait vers une baisse supplémentaire de 10 à 12% par rapport au dernier trimestre 2012, entraînant inexorablement une baisse des prix. Les biens à plus de 2 millions sont les plus impactés Tous les biens ne connaissent pas la même pression sur les prix. Si les transactions des biens immobiliers supérieurs à 2 millions d'euros sont particulièrement touchées, voire bloquées, celles des surfaces inférieures se maintiennent comme le confirme Hervé Saint-Hilaire et Philippe Lederman du Groupe Saint Ferdinand Immobilier. Dans le 6ème arrondissement les prix resteraient stables, mais dans certains quartiers du 7ème comme Gros Caillou et Saint Thomas d'Aquin, la baisse dépasserait déjà 5%. "Les acheteurs sont actuellement de moins en moins nombreux mais plus décidés à transformer leurs visites en véritables acquisitions", souligne François Aragon de l'Agence Vaneau 7ème. Pas de crise pour les biens exceptionnels Quant aux biens exceptionnels avec des vues magnifiques, nombreux dans le 6ème et le 7ème, la crise ne les concerne toujours pas, mais "les acheteurs n'acceptent plus le moindre défaut", affirme Thierry Maupas, Responsable du développement réseau Wall-Market.com. "Ces biens sont plus nombreux à la vente, il n'est plus nécessaire d'attendre des mois, voire une année, pour s'offrir un rêve", poursuit-il. Les italiens représentent environ 20% de la clientèle étrangère La chambre des notaires de Paris estime que les étrangers représentent globalement un peu plus de 7% des transactions de logements à Paris, une proportion restée assez stable au cours des dernières années. Les italiens comptent pour environ 20% de cette clientèle étrangère. Pour les biens supérieurs à 1 million d'euros, la proportion d'acquéreurs étrangers monte à près de 10% et elle devient largement dominante pour les biens d'exceptions à plusieurs millions. Les acquéreurs étrangers se concentrent par ailleurs sur certains arrondissements comme le 16ème où leur proportion représentait 16% en 2012...