Paris devrait revoir sa prévision de croissance à 0,2-0,3%, révèle Laurent Fabius

  • A
  • A
Paris devrait revoir sa prévision de croissance à 0,2-0,3%, révèle Laurent Fabius
Partagez sur :

Le ministre des Affaires étrangères grille une nouvelle fois la politesse à ses collègues de Bercy...

Laurent Fabius grille une nouvelle fois la politesse à ses collègues de Bercy... Après avoir annoncé le premier la semaine dernière que la France ne parviendrait pas à ramener les déficits publics à 3% du PIB fin 2013, le ministre des Affaires étrangères en dit plus sur la croissance ce mardi : l'exécutif devrait réviser sa prévision de PIB pour cette année "autour" de 0,2%-0,3% du produit intérieur brut. "C'est autour de ce chiffre", a admis le ministre sur RTL. "Nous, nous avons voulu être sincères" sur notre prévision de croissance, a rappelé Laurent Fabius. "Maintenant, comme au niveau de l'Europe les choses n'ont pas l'air d'aller de manière bien fameuse, on va être obligés de la revoir en baisse", a-t-il confirmé. C'est vendredi que la Commission européenne doit dévoiler ses nouvelles prévisions économiques, un chiffre attendu par le gouvernement pour affiner ses propres objectifs. "Il faut aller petit à petit, peu à peu" La révision en baisse très probable de la prévision de croissance de la France, annoncée la semaine dernière par François Hollande, devrait entraîner de nouvelles économies, a expliqué Laurent Fabius. "Si ce sont des économies sur les investissements, non, mais des économies sur le fonctionnement oui, que ce soit au niveau de l'Etat, au niveau des collectivités, au niveau de la Sécurité sociale", a-t-il dit.                          "Il faut aller petit à petit, peu à peu, vers non seulement une réduction au dessous de 3% mais vers zéro. C'est une affaire d'indépendance nationale", a-t-il souligné. "Je crois que la gauche doit être la fois juste et sérieuse", a estimé le chef de la diplomatie, alors que les ministres peinent à se mettre d'accord sur la stratégie à suivre en matière d'austérité économique.