Paris a encore des efforts à faire en matière de corruption

  • A
  • A
Paris a encore des efforts à faire en matière de corruption
Partagez sur :

La France se fait épingler dans un rapport de l'organisation Transparency International...

Le nouveau président François Hollande a promis de lutter contre la corruption au cours de sa campagne électorale... Et la tache semble de taille, à la lecture du dernier rapport de l'organisation Transparency, qui a comparé les mécanismes anti-corruption de 25 pays européens. Ainsi, "la France est le seul pays avec la Slovénie où les déclarations de patrimoine et les déclarations d'intérêts des parlementaires ne sont pas rendues publiques", peut-on lire dans ce document. Aucun des 25 pays passés au crible ne remplit entièrement les critères de transparence jugés efficaces, mais "certains se distinguent néanmoins par des garanties plus solides : les pays scandinaves d'abord, suivis par l'Allemagne, la Finlande, la Suisse et le Royaume-Uni", écrit Transparency. La Bulgarie et la Roumanie sont épinglées par le rapport, considérées comme les deux pays disposant des institutions les moins efficaces pour lutter contre la corruption. La France de son côté "ne fait pas partie des deux groupes d'Etats les plus performants". "Le Parlement, l'Exécutif et la Justice sont en France les maillons faibles de la lutte contre la corruption", estime l'organisation, qui lance dans son rapport un appel au nouveau chef de l'Etat français. "François Hollande enverrait un signe fort en mettant pleinement en oeuvre les engagements qu'il a pris en réponse aux sept propositions de TI France pour renforcer l'éthique de la vie publique", écrit Transparency. Parmi ces propositions figuraient notamment la fin des conflits d'intérêt dans la vie publique, la fin du cumul des mandats, ou encore l'encadrement du lobbying. Les auteurs de ce document notent que l'adoption d'une charte de déontologie pour les membres du nouveau gouvernement est un premier pas encourageant...