Pacte de responsabilité: Pierre Gattaz met les points sur les "i"

  • A
  • A
Pacte de responsabilité: Pierre Gattaz met les points sur les "i"
Partagez sur :

Le patron du Medef ne veut pas de contreparties contraignantes...

Le Président du Medef, Pierre Gattaz ne voit pas d'un bon oeil les contreparties réclamées par le gouvernement, en échange de la baisse des charges qui leur a été promise -30 milliards d'euros - dans le cadre du Pacte de responsabilité. Il en a profité pour le rappeler lundi, lors d'un déplacement aux Etats-Unis, rapportent 'France Info' et 'Le Figaro'. Le patron des patrons français accompagnait le chef de l'Etat François Hollande, en visite d'Etat. "On va vous punir" "Quand j'entends parler de contreparties dans ce pacte, j'entends aussi des gens qui me disent: 'On va vous contraindre, on va vous obliger, si vous n'y arrivez pas vous allez être punis, on va vous mettre des pénalités'", a martelé le dirigeant du Medef, d'après les propos rapportés par les deux médias. Pierre Gattaz attend du gouvernement qu'il lui indique d'ici mars, "la trajectoire de la baisse de la fiscalité sur les entreprises", seul levier efficace selon lui pour qu'elles retrouvent des marges de manoeuvre, que la France renoue avec la croissance et l'emploi Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a écrit aux partenaires sociaux la semaine dernière afin qu'ils se mettent d'accord d'ici le mois de mars sur les contreparties, notamment en termes d'emploi et de formation. Le Medef s'est donné pour objectif d'embaucher un million de personnes d'ici 2017, mais refuse de prendre des engagements écrits. Les syndicats ont dénoncé pour leur part "marché de dupes".