Pacte de responsabilité : les demandes du patronat "pas acceptables" pour la CFDT

  • A
  • A
Pacte de responsabilité : les demandes du patronat "pas acceptables" pour la CFDT
Partagez sur :

Syndicats et organisations patronales doivent se retrouver ce matin pour mettre au point un document après les discussions de vendredi...

Les discussions reprennent ce mercredi sur le pacte de responsabilité, dans un climat tendu... Les trois organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) et les cinq centrales syndicales (CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO) se retrouvent à 11h30 au siège du Medef. Ensemble, ils doivent mettre au point un document ouvrant la voie à des négociations de branche sur les contreparties en terme d'emploi, d'investissement et de dialogue social au pacte proposé par François Hollande aux entreprises. Pas de chiffres Mais les organisations patronales ont mis le feu aux poudres lundi, avec la remise de son "relevé de conclusions", qui résume les discussions sur les contreparties aux 30 milliards d'euros de baisses de charges promises. Ainsi, le document stipule notamment que les objectifs en matière d'emploi ne pourront être quantifiés que lorsque le chef de l'Etat et le gouvernement auront précisé le niveau des baisses de prélèvements sociaux et fiscaux qu'ils entendent mettre en oeuvre. La question des objectifs chiffrés coince depuis l'annonce de ce pacte de responsabilité, le patronat se refusant à donner des engagement en la matière. Autre demande des patrons : chaque branche professionnelle déterminera avant fin 2014, en fonction de ses spécificités, les critères, les modalités de suivi et d'évaluation des objectifs qu'elle s'est fixée. Il s'agit d'objectifs au niveau général (recrutement, création, maintien), pour les jeunes et pour les seniors (en particulier par les contrats de génération, dont le texte demande la simplification). "Ces objectifs ne pourront être précisés, par exemple par des ambitions quantifiables, que lorsque la baisse des prélèvements sociaux et fiscaux et ses modalités de mise en oeuvre seront précisément définies", toujours selon ce document de six pages. "Une profonde erreur" Le texte a été rejeté par les syndicats, la CGT et FO faisant savoir dès sa publication qu'ils ne le signeraient pas. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a réagi ce matin au micro de France Inter. "Le patronat (...) donne le sentiment qu'il ne veut pas s'engager. Dans ce cas, qu'il le dise clairement, et qu'il dise que ce pacte, il n'en a pas besoin, ce qui serait une profonde erreur pour notre économie", a-t-il déclaré. "On a très clairement un compromis entre le Medef, la CGPME et l'UPA. Je crois que le patronat n'a pas compris que ce qu'il fallait, c'est un compromis entre le patronat et les organisations syndicales", a-t-il poursuivi. "Soit ce matin ils reviennent en disant 'D'accord, on a entendu le mécontentement de tous les syndicats (...)', soit (...) il faudra faire le constat qu'on a un patronat qui ne veut pas du pacte de responsabilité", a-t-il dit. "Le patronat n'est pas prêt, à l'heure qu'il est, à s'engager. S'il continue dans cette grave erreur, la CFDT ne s'engagera pas dans ce pacte et au-delà, demandera à ce qu'il n'y ait pas de baisse de prélèvements obligatoires", a-t-il prévenu.