"Oui, nous savons lutter contre le chômage", assure Michel Sapin

  • A
  • A
"Oui, nous savons lutter contre le chômage", assure Michel Sapin
Partagez sur :

Le ministre du Travail défend la méthode du gouvernement après l'annonce d'un chômage record...

Vingt-trois mois de progression consécutive, le record de 1997 battu... Pôle emploi a annoncé jeudi, sans surprise, de mauvais chiffres pour le chômage au mois de mars. Le nombre de demandeurs d'emploi dans la catégorie phare a atteint 3.224.600, contre un plus haut à 3.195.500 en janvier 1997. "Derrière les chiffres, ce ne sont pas seulement des records, mais des hommes, des femmes, des jeunes (...). Cette situation est extrêmement grave, elle ne date pas d'aujourd'hui. Je ne dis pas que c'est la faute des autres. Mais ce qui fait que c'est extrêmement dur, c'est que ça fait cinq ans que chaque mois, le ministre du Travail quel qu'il soit annonce une augmentation du nombre de chômeurs", s'est défendu ce matin le Michel Sapin sur RMC, alors que la droite critique la méthode jugée inefficace du gouvernement. "L'autre chose, c'est qu'il y a toujours un temps long, trop long, entre le moment où on décide de mettre en place une politique contre le chômage et le moment où ça a des effets". "Oui nous savons lutter contre le chômage. Mais ça ne veut pas dire : j'ai décidé, et 'tac'ça va s'inverser", a ajouté le ministre du Travail. "Pas efficaces" "On ne peut pas dire que Monsieur Hollande et son gouvernement se soient révélés très efficaces, quoi qu'ils aient promis", a commenté le député Hervé Mariton, délégué général au projet à l'UMP. Dans le cadre de ses "états généraux de la reconquête", en vue de la présidentielle de 2017, le principal parti d'opposition a décliné une série de propositions pour le retour au plein emploi. L'UMP préconise notamment de supprimer la loi de référence à la durée du travail pour des négociations par branche ou par entreprise. La fonction publique passerait à 39 heures "sans augmentation salariale à court terme". Autres idées : un contrat unique à durée indéterminée qui remplacerait CDD et CDI, la création d'une "Agence pour le travail", qui fusionnerait les services publics de l'emploi, la réforme du régime d'indemnisation du chômage, et un accent mis sur la formation.