Offre de reprise de LCI : ce n'est "pas sérieux" répond le PDG de TF1

  • A
  • A
Offre de reprise de LCI : ce n'est "pas sérieux" répond le PDG de TF1
Partagez sur :

Le trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse serait prêt à faire une offre de rachat sur la chaîne du groupe TF1

Une alternative à une hypothétique fermeture pour LCI ? Alors que le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), doit rendre la semaine prochaine sa décision sur le passage ou non de la chaîne d'info en continu sur la TNT gratuite, le trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse serait prêt à faire une offre de rachat sur la chaîne du groupe TF1, selon 'Le Figaro'. "Les actionnaires majoritaires du 'Monde' mènent cette réflexion depuis quelques semaines dans l'hypothèse où le CSA déciderait de laisser LCI en payant. Puisque les actionnaires de cette chaîne ont déclaré publiquement leur intention de fermer LCI, les actionnaires du Monde pourraient le cas échéant formaliser une offre de reprise dans un délai court", a expliqué au journal Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe Le Monde. Dans les faits, le trio "BNP" n'a pas contacté la direction de TF1, mais se dit capable de mener à bien une telle opération. Il faut dire qu'il a multiplié les investissements dans les médias, qu'il s'agisse du 'Monde' en 2010 ou plus récemment du 'Nouvel Observateur'. "L'ambition des actionnaires du 'Monde', attachés au pluralisme et à l'indépendance des médias, est de renforcer l'identité de cette chaîne d'information longtemps pionnière tout en ouvrant de nouvelles perspectives pour les marques du Groupe à un moment où l'essor du numérique nous impose de développer des stratégies et des contenus plurimédias " selon Louis Dreyfus. "Tout cela n'est pas sérieux" "Tout cela n'est pas sérieux", a déclaré Nonce Paolini lors d'une conférence téléphonique avec des analystes à l'occasion de la publication des résultats du groupe de télévision au premier semestre. Il a refusé de faire davantage de commentaires sur l'avenir de LCI dans l'attente de la décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Le PDG de TF1 a justifié à plusieurs reprises sa décision de fermer LCI en cas d'échec du passage sur la TNT gratuite. "C'est une chaîne de qualité mais il n'y a plus d'avenir sur le payant. Je ne parle pas de la TNT payante, je parle du payant en général, sur les fournisseurs d'accès, sur le satellite, etc... Pourquoi ? Parce qu'il y a deux chaînes en clair !", avait-il déclaré en janvier sur Europe 1. Les propositions se multiplient, alors qu'approche l'heure du verdict. D'après les informations des 'Echos', BFMTV (groupe NextradioTV) et iTélé (Canal+), qui multiplieraient les arguments pour convaincre les Sages d'évincer LCI et mettre de côté d'éventuels cas de conscience sur le volet de l'emploi, auraient proposé de reprendre une partie des effectifs. "Elles ont envoyé, début juillet, un courrier au Conseil supérieur de l'audiovisuel dans lequel elles s'engagent à "embaucher une partie des journalistes actuellement titulaires d'un CDI chez LCI", écrivait le quotidien économique en début de semaine.