Nucléaire: Anne Lauvergeon sème le doute sur les objectifs fixés par le gouvernement

  • A
  • A
Nucléaire: Anne Lauvergeon sème le doute sur les objectifs fixés par le gouvernement
Partagez sur :

L'ancienne dirigeante d'Areva a indiqué que le gouvernement était revenu en partie sur les objectifs visant à réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité.

"On ne peut pas se permettre de passer de 75% à 50% d'énergie nucléaire d'ici 2025" comme s'y était engagé le président de la République, François Hollande lors de sa campagne présidentielle,  a estimé ce mardi matin sur 'France Inter' l'ex-dirigeante d'Areva. "Je ne pense pas que ce soit réaliste (...) Cela poserait un problème grave", a déclaré celle qui est par ailleurs présidente de la commission innovation 2030. Engagements tenus D'ailleurs, Anne Lauvergeon assure que l'échéance a été laissée de côté. "Je crois que la date a été plus ou moins renvoyée à plus tard. On n'est plus sur une date mais sur un but", a-t-elle fait valoir. "Cela voudrait dire arrêter une vingtaine de réacteurs, je ne pense pas que ce soit réaliste", a-t-elle ajouté. Le gouvernement assure de son côté que les objectifs sont maintenus. "Cela n'engage qu'elle. Les engagements du président de la République lors de la conférence environnementale seront évidemment respectés?", a confié l'entourage du chef de l'Etat au quotidien 'Les Echos'. "Un manque d'innovation" Pour le vice-président vert de l'Assemblée nationale Denis Baupin, le discours tenu par Anne Lauvergeon "montre une bien faible confiance en la capacité d'innovation des énergéticiens français, une faible connaissance des mutations énergétiques en oeuvre chez nos voisins et une forme de mépris du travail de tous ceux qui ont élaboré des scénarios énergétiques qui montrent comment la France peut passer à 50% de nucléaire en 2025"...