Nouvelle restructuration chez PSA ?

  • A
  • A
Nouvelle restructuration chez PSA ?
Partagez sur :

"Je n'ai pas vent de cela", a déclaré Pierre Moscovici, en réaction aux informations de l'agence Bloomberg...

Peugeot s'offre un copieux rebond de 5,7% à 11,00 euros en séance sur le marché parisien, confirmant ses bonnes dispositions de la veille. Les deux séances de remontée ne suffisent cependant pas encore à gommer la chute de 11% enregistrée lundi, consécutive à la confirmation d'une grosse levée de fonds programmée. Les investisseurs semblent réagir à la perspective d'une réduction additionnelle des co�"ts chez le constructeur, qui passerait par la suppression de 1.500 postes de plus en France. C'est en tout cas ce qu'a expliqué le leader CGT du constructeur à Bloomberg. Jean-Pierre Mercier a indiqué que ses sources internes laissaient penser que le management évalue à 1.500 postes les sureffectifs restants dans l'hexagone, et qu'un plan de départs volontaires pourrait être ajouté au programme déjà lancé, portant sur 11.200 postes d'ici 2015. La direction des ressources humaines de PSA a rendez-vous cet après-midi avec les représentants du personnel pour faire le point. Ancrage français "Je n'ai pas vent de cela", a déclaré Pierre Moscovici à des journalistes, interrogé sur une éventuelle restructuration supplémentaire. Prié de dire si une restructuration supplémentaire pouvait faire partie de la préparation d'une augmentation de capital de trois milliards d'euros et de l'entrée au capital du chinois Dongfeng et de l'Etat français, le ministre a répondu : "Ce n'est absolument pas cela qui a été décidé. Après, la vie de l'entreprise, c'est de la vie de l'entreprise. Mais non, notre intention à nous, l'intention de l'Etat, c'est de faire en sorte que l'ancrage soit français, que les emplois en France soient là, que les centres de décision restent ici." "Il n'y a pas de contradiction entre avoir un grand groupe français et avoir un développement international et des partenaires internationaux, dès lors que le capital est solidement français", a ajouté Pierre Moscovici.