Nicolas Sarkozy attaque les "brebis galeuses de l'industrie"

  • A
  • A
Nicolas Sarkozy attaque les "brebis galeuses de l'industrie"
Partagez sur :

Et égratigne au passage une nouvelle fois les syndicats...

Dans son discours face à la Fédération des professionnels du bâtiment ce mardi, Nicolas Sarkozy a lancé une lourde charge contre "les brebis galeuses" qui dégradent l'image des industriels en France. Dans sa ligne de mire, l'ancien actionnaire de la Fonderie du Poitou, qui voulait imposer des baisses de salaires de 25% à ses employés. Nicolas Sarkozy était sur le site lundi... "Il faut qu'on ait le courage de clairement se séparer des quelques brebis galeuses qui abaissent nos idées par des comportements qui, pour être extrêmement minoritaires, n'en sont pas moins choquants, extrêmement choquants", a-t-il dit sans nommer le groupe Montupet, ancien propriétaire des Fonderies du Poitou. "On a rien à voir avec ces gens-là. Ce sont des prédateurs", a ajouté le président-candidat. Nicolas Sarkozy est revenu sur sa proposition d'accords compétitivité-emploi au sein des entreprises, qui permettrait notamment d'adapter le temps de travail des salariés au carnet de commandes. "C'est ce qu'ont fait les Allemands, c'est ce que les syndicats allemands ont accepté", a-t-il déclaré. Ce discours a également été l'occasion de tacler à nouveau les syndicats : le candidat a en effet dénoncé un système social français, "où la loi intervient sur tout, déresponsabilise et permet l'émergence de certains syndicats qui ne font que de la politique et pas du syndicalisme". A propos de ses propositions pour la formation des chômeurs et l'obligation d'accepter un emploi à la clef, il a encore estimé que "si les partenaires sociaux considèrent que c'est trop risqué ou que c'est trop leur demander que de remettre en cause un certain nombre de choses, parce que derrière il y a des questions qui se posent, notamment le financement (des syndicats), je me tournerai vers le peuple français et je lui poserai deux questions par référendum", à propos de cette proposition...