Nexans va supprimer 206 emplois en France, plus de 460 au total en Europe

  • A
  • A
Nexans va supprimer 206 emplois en France, plus de 460 au total en Europe
Partagez sur :

Le spécialiste des câbles a annoncé ce matin un projet d'augmentation de capital et un plan de réorganisation de ses activités européennes...

Confronté à l'érosion de ses résultats, le spécialiste des câbles Nexans, qui fut en son temps une filiale d'Alcatel, a annoncé ce matin un projet d'augmentation de capital et un plan de réorganisation de ses activités européennes. En parallèle, il a averti que ses résultats ne seront pas à la hauteur des attentes cette année. Le volet social porte sur la suppression de 468 postes en Europe, le transfert de 462 autres postes et la création de 39 emplois. Il comprend des offres de mobilité interne. La France, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie et la Belgique seraient concernés en premier chef. Sur le vieux continent, le management a expliqué être confronté à des surcapacités dans un contexte de croissance nulle et de concurrence accrue. Le projet a été distribué ce matin aux syndicats, et servira de base au processus d'information et de consultation. Baisse des investissements Né en 2000 de la scission des activités de câbles électriques d'Alcatel, Nexans souffre actuellement de la baisse des investissements de plusieurs gros clients. Il avait annoncé dès février préparer en Europe un plan d'environ 70 millions d'euros d'économies en année pleine et avait déjà fait état cet été d'un recul plus important que prévu de ses ventes en raison de la faiblesse de la conjoncture européenne. "Nexans opère sur un marché mondial du câble confronté à des défis majeurs, notamment en Europe où l'absence de croissance,les surcapacités et une pression concurrentielle accrue appellent les filiales du groupe à envisager des mesures répondant à la situation", explique la société dans un communiqué. Nexans attend de ces mesures 70 à 75 millions d'euros de marge opérationnelle supplémentaire à l'horizon 2017, et près de 50 millions en 2015. En revanche, les provisions liées à la restructuration devraient faire passer dans le rouge le résultat net du groupe au second semestre.