Nautisme : le marché français a souffert sur la saison 2011-2012

  • A
  • A
Nautisme : le marché français a souffert sur la saison 2011-2012
Partagez sur :

Le salon nautique de Paris ouvre ses portes le 7 décembre dans un contexte difficile...

En marge de l'ouverture du salon nautique de Paris, qui se tiendra du 7 au 16 décembre, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) a dressé le bilan annuel de l'industrie nautique française pour la saison 2011-2012 (période de septembre à août). Bateaux produits Après le rebond de 11% observé sur la saison précédente, 2011-2012 a connu une sévère contraction de la production, le nombre de bateaux produits reculant de 20% à 43.700 d'unités pour une estimation de chiffre d'affaires de 740 millions d'euros (-18%). 68% de cette production a été exportée, un nouveau taux en record. Si les marchés européens continuent à souffrir (-25% à -30% avec même des pays comme l'Espagne et l'Italie en plus grande difficultés), les nouveaux marchés hors d'Europe continuent à prendre le relais. Certains marchés évoluent plus favorablement tels que l'Amérique du Sud, l'Asie du Sud Est et l'Asie Pacifique. La Fédération des Industries Nautiques observe que l'activité aux Unis-Unis redémarre légèrement mais rappelle que le marché s'est contracté d'environ 70% en 5 ans. Signes encourageants En France, 13.590 bateaux ont été immatriculés sur la saison 2011-2012 d'après la Direction des Affaires Maritimes. Les immatriculations de voiliers sont en baisse de 10,6% à 2.470 unités et les bateaux à moteurs de 12,4% à 11.120 unités avec une meilleure résistance des grands modèles de plus de 12 mètres. Signes encourageants pour le marché nautique français, le marché de l'occasion est resté dynamique en se stabilisant à un peu plus de 64.000 unités et le nombre de permis délivrés reste en croissance soutenue (+15% en 2011), ce qui atteste d'un engouement intact pour les activités nautiques.